“Ils n’ont pas senti la souffrance : ils ont créé le chaos, ils ont laissé tout rafler à ceux qui étaient les plus forts économiquement. Antonio GRAMSCI.

Accueil > Archives > National > Réformes ou remises en cause des fondements de la démocratie ?

Réformes ou remises en cause des fondements de la démocratie ?

vendredi 9 mai 2008 , 1077 : visites

La C.G.T. du Centre Hospitalier de Brienne-le-Château engage la population à contester la réforme générale des politiques publiques.

La réforme de l’Etat menée au pas de charge par le gouvernement nécessiterait un vrai débat dans le pays. Pour l’heure,il ne s’agit que d’un catalogue de mesures plus ou moins contestables.

Pas un ministère n’échappe désormais à la RGPP (Révision Générale des Politiques Publiques) censée rationaliser l’administration, la rendre plus efficace et surtout moins coûteuse.

Sous couvert de pragmatisme, le gouvernement, pressé de réduire une dette problématique, veut passer en force. Les questions que pose la CGT :

- Quelle est la finalité de cette réforme ?
- Quel doit être le rôle de l’Etat pour l’avenir des générations futures ?

- Quelle solidarité devrons-nous garantir ?

L’Etat fait-il un inventaire à la Prévert (réforme des allocations familiales, carte famille nombreuse, réforme des programmes scolaires, réforme des cartes scolaires avec suppression de postes, réforme descartes hospitalières avec fermeture des établissements de proximité, réforme de la justice avec fermeture des tribunaux), qui ne servirait qu’une vision comptable des besoins des citoyens ?

Mais ce n’est pas tout, ce à quoi nous assistons actuellement : de fusion en restructuration, d’externalisation en privatisation et de flexibilité en précarité, une vaste opération de destruction des fondements du service public et de la fonction publique s’accélère sous nos yeux.

La RGPP encouragée par le patronat s’attaque frontalement à l’ensemble de la fonction publique d’Etat, territoriale et hospitalière. Comme déjà dans d’autres secteurs (poste, EDF, télécommunications, transport...) cela signifie la détérioration organisée des services rendus au public, ouvrant la voie à la privatisation. Nous ne l’acceptons pas !!

Nous nous engageons au côté des usagers, des agents, des élus qui se battent quotidiennement pour le maintien et l’amélioratrion des services publics de proximité. Nous lançons un appel à une vaste mobilisation citoyenne pour mettre un terme à cette politique destructrice. Depuis le 24 avril 2008, le Syndicat C.G.T. du Centre Hospitalier de Brienne mène des actions par voie de tracts, d’affichage, d’article de presse, afin de sensibiliser tous les citoyens et les salariés sur les réformes en cours.

Puis salariés, fonctionnaires, usagers, lycéens, étudiants, retraités, privés d’emploi, tout ceux qui se sentent encore la force de se battre et de réclamer un monde meilleur, se retrouveront la semaine du 13 au 16 mai, pour des manifestations, des débats, des journées de grève dans toutes les fonctions publiques de l’Etat. Le 15 mai 2008, les organisations syndicales de fonctionnaires appellent à une journée de grève et de manifestations, pour la défense et l’amélioration de la Fonction Publique.

- pour le Syndicat C.G.T. du C.H. de Brienne,
- La secrétaire Emmanuelle MOISSONNIER (ex GERVASONI)

P.-S.

La Dépêche de l’Aube N972

Répondre à cet article

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|