“Si l’argent, vient au monde avec une tache naturelle de sang sur la joue, le capital naît dégouttant de sang et de boue des pieds à la tête.” Karl MARX

Accueil > Archives > National > Droit des migrants > Une première victoire à confirmer

SALARIÉS SANS-PAPIERS

Une première victoire à confirmer

vendredi 9 mai 2008 , 989 : visites

A-t-on assez parlé de courage, il en faut pourtant pour sortir de l’ombre et venir dire au grand jour que l’on a des droits, quand on vous les refuse tous.

Les salariés sans-papiers qui ont engagé une lutte commune, coordonnée avec la CGT et le soutien d’autres syndicats et organisations, ont remporté une première victoire. Sur la peur d’abord, de la traque, d’un simple contrôle, de l’arrestation. À eux de dire ce qu’est la vie de clandestin dans un des pays les plus riches du monde. Cette première victoire est concrète. Un processus de régularisation est engagé. Il est limité. Ce sera au cas par cas, avec l’aide dans les préfectures de délégations de syndicalistes. Le gouvernement, le ministre Hortefeux ont dû reculer, mais seulement d’un petit pas, seulement en Île-de-France. Ils veulent se réserver sur tous les travailleurs concernés un pouvoir régalien. Maintenir au-dessus des têtes l’épée de Damoclés. Voire briser leur unité. Pourquoi lui, tel autre ? Et pas celui-ci ? La pensée ultralibérale ne déteste rien tant que l’unité des exploités, la solidarité entre les hommes qu’elle entend soumettre.

Mais c’est bien une première victoire. Pour les salariés eux-mêmes, bien sûr. C’est aussi une victoire sur l’hypocrisie. L’immigré sans papiers, au fond, c’est tout bénéfice. En campagne électorale, comme on l’a vu à Toulon avec Sarkozy dans la dernière ligne de la présidentielle, il sert à gagner des voix d’extrême droite, à dévier les débats politiques, à masquer les responsabilités de l’économie capitaliste dans la situation faite aux hommes. Il sert dans la pratique du pouvoir à donner l’illusion que l’on s’attaque aux problèmes en fixant des quotas, en sommant les préfets de les respecter, en envoyant la police arrêter des enfants dans la cour des écoles... Il sert dans l’hôtellerie, la restauration, le bâtiment. C’est facile, c’est pas cher et ça rapporte gros, mais ce n’est pas comme le Loto.

Le patronat gagne à tous les coups. Le gouvernement feint de lutter contre le travail clandestin. C’est pour mieux l’utiliser, pour maintenir en même temps une pression permanente sur l’ensemble des salariés de ces secteurs où sévit la surexploitation, où le travail au noir est massif et pas seulement pour les sans-papiers, mais pour des centaines de milliers de salariés, hommes et femmes, sous-payés, soumis à des horaires exténuants, peu ou pas déclarés. Pour tous ceux-là, cette lutte est un formidable point d’appui. La vérité, c’est aussi que l’économie a besoin des immigrés et que, dans l’état actuel des choses, les hommes des pays pauvres ont besoin de travail.

Mais ce que veulent le gouvernement et le patronat, en avançant le thème de l’immigration choisie, c’est la possibilité de puiser dans les réservoirs de main d’œuvre, dans le grand vivier africain, les mains et les cerveaux dont tel secteur, telle entreprise aura besoin un temps, pour une tâche, sans engagement, sans reconnaissance, sans citoyenneté. Ils veulent se servir des hommes à flux tendu comme les machines. Une partie du patronat aujourd’hui veut la régularisation des salariés sans papiers. Il est permis de penser que la grève d’Île-de-France est pour quelque chose dans cette nouvelle vertu.

Mais il ne faut pas biaiser. La régularisation, cela veut dire à travail égal, salaire égal. Cela veut dire qu’un homme qui travaille a le droit d’avoir sa famille auprès de lui, d’avoir une vie sociale, de posséder une carte d’électeur, d’user de son droit de vote.

P.-S.

La Dépêche de l’Aube N972

Répondre à cet article

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|