“ La survie de l’humanité sur la planète n’est pas soluble dans le capitalisme ” Serge Latouche .

Accueil > Archives > National > Hors de question de subir encore quatre ans une année aussi calamiteuse

Hors de question de subir encore quatre ans une année aussi calamiteuse

mercredi 30 avril 2008 , 1115 : visites , par LDA

Rien dans les mains, rien dans les poches, Nicolas Sarkozy a pris 100 minutes sur TF1 et France 2 pour expliquer qu’il ne changeait rien. Il rabache. Pour Marie-George Buffet : " hors de question de subir encore quatre ans une année aussi calamiteuse ".

Les communistes invitent les 79 % des Françaises et des Français qui pensent que rien ne s’est amélioré à amplifier les luttes et à signer une lettre d’exigences au Président de la République (au dos).

On ne change pas une politique qui perd ?

Les Françaises et les Français expriment massivement leur déception et leur colère. Mais Nicolas Sarkozy n’a pas de politique de rechange. Il justifie le paquet fiscal, 15 milliards de cadeaux aux plus riches, prévoit de nouvelles éxonérations pour les patrons. Pour tous les autres, il faut travailler plus. Dans la semaine avec les heures supplémentaires, tout au long de la vie avec la fin de la retraite à 60 ans et pourquoi pas le travail après 65 ans. Pour se payer l’augmentation des prix.

Et pour les chômeurs le bâton : aucune indemnité si on refuse deux fois une offre à 70% de son salaire précédent et à deux heures de son domicile !

Il annoncé la fin de la prime pour l’emploi pour que les salariés modestes qui la perçoivent payent pour les exclus.Il a confirmé les franchises médicales, les suppressions de postes dans l’éducation nationale, le plan Hôpital... les 55 " réformes " où tout le monde a à perdre sauf le MEDEF.

Un Président inquiétant

Au cours de l’entretien, Nicolas Sarkozy a multiplié les bourdes. Confondant le fioul et le gaz par exemple. Mais aussi, plus gravement, il a rejeté la " naturalisation " des salariés immigrés sans papiers qui ne demandent qu’une carte de séjour. S’attaquant à la laïcité, il a opposé les " professeurs qui sont là pour enseigner les matières " et les religieux qui " donnent du sens à la vie ".

On peut changer de politique. On va s’y mettre Nicolas Sarkozy nous mène en bateau. Il déclare : " je crois au capitalisme, aux marchés, à la mondialisation " et quelques secondes après : " le capitalisme marche sur la tête ".

Pour rompre avec sa politique brutale et injuste, il ferait bien de regarder du côté des propositions du PCF. Par exemple : Oui il y a une autre solution pour garantir le système des retraites et pour augmenter les pensions que " 1 - baisser les pensions 2 - augmenter les côtisations 3 - alonger la durée de cotisation ". Il faut arrêter les exonérations des cotisations patronales qui creusent le déficit et taxer les revenus financiers qui ne contribuent pas à la protection sonciale.

Oui il y a une autre solution pour vivre mieux que de faire des heures supplémentaires et travailler jusqu’à 65 ans. Il faut augmenter les salaires. Les gains de productivité et les profits le permettent.

Non ce n’est pas en supprimant des professeurs que nous aurons une meilleure éducation. Des moyens pour l’école, c’est un investissement pour l’avenir. C’est cela que l’opinion des citoyens et les luttes expriment. Alors, on ne va pas attendre quatre ans pour stopper les mauvais coups et construire d’autres choix.

P.-S.

La Dépêche de l’Aube N971

Répondre à cet article

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|