Le respect pour la dignité humaine ne se mérite pas, il est une donnée préalable."

Tzvetan Todorov Linguiste

Accueil > Archives > Aube > Tout le département > Droit des migrants > Loi sarkozy sur l’immigration : un nouvel appel du pied au medef et à (...)

Loi sarkozy sur l’immigration : un nouvel appel du pied au medef et à l’extrème-droite

Un collectif se crée dans le département de l’Aube

lundi 15 mai 2006 , 2215 : visites , par FLORENT BALLANFAT

Combattre une loi qui rappelle les heures les plus sombres de notre pays, tel est l’objectif du collectif mis en place nationalement "unis contre une immigration jetable". Localement des collectifs départementaux issus de ce mouvement se sont créés pour préparer des actions afin de sensibiliser la population à l’ensemble des mesures de cette loi, et faire échec à ce projet de loi, qui sous prétexte de choisir les immigrés, aura pour principale conséquence de priver de statut des milliers de personnes. C’est dans cette objectif que c’est créée à Troyes un collectif qui réunis un certains nombre d’association de parti politique dont la fédération de l’Aube du PCF et des citoyen(es)

Pour le parti communiste français qui est membre du collectif nationalement, cette nouvelle loi sur l’immigration qui fait suite à la loi sarkozy de 2003, est une attaque inacceptable contre le statut des migrants et un cadeau supplémentaire fait aux entreprises qui pourront alors librement mettre en concurrence les travailleurs de la planète entre eux. En mettant le travailleur immigré dans une situation où il serait totalement soumis à son employeur puisque son titre de séjour dépendrait uniquement de son contrat de travail, cette loi constitue une nouvelle atteinte au code du travail que des générations précédentes issues de l’immigration ont contribué à mettre en place dans notre pays. Le statut de « suspect » qui serait désormais accolé à tout immigré séjournant en france, est un appel du pied non dissimulé aux électeurs du front national, et le durcissement des conditions d’accès à la citoyenneté française cherche à rendre toute régularisation dépendante du bon vouloir de quelque uns indépendamment de tout critère hormis ceux du medef.

Le texte législatif débattu en ce moment même à l’assemblée nationale est véritablement de nature néocoloniale puisqu’il vise à récupérer les travailleurs les mieux formés des différents pays en les payant à des tarifs défiant toute concurrence, et à exclure les personnes chassées de leurs territoires, à la fois par le pillage de leurs richesses par les multinationales et par les régimes dictatoriaux soutenus par les dirigeants des pays riches.

Pour le PCF, ces problèmes mondiaux appellent une réponse mondiale pour favoriser le développement économique et sociale des pays les plus pauvres en modifiant les règles des échanges internationaux qui maintiennent ces états et leurs populations dans des situations de dépendance provoquant chaque jour l’exode de millions de personnes. Au niveau national et même Européen, le parti communiste souhaite une régularisation de l’ensemble des sans-papiers, préalable indispensable à une intégration réussie qui mettra fin à une situation invivable pour des familles poussées à la clandestinité, avec tous les risques que cela comporte.

P.-S.

La Dépêche de l’Aube N868

Répondre à cet article

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|