J’aime encore mieux être moi-même dans toute ma misère que d’être aucun de ces gens-là dans toute leur prospérité.” J J ROUSSEAU

Accueil > Archives > Champagne Ardenne > Toute la région > Aménagement du territoire- Décentralisation > Pour l’avenir du ferroviaire public faire échec au projet du gouvernement (...)

Déclaration des vice-Présidents communistes délégués aux transports des Régions et des Conseillers régionaux communistes d’Ile de France administrateurs du STIF

Pour l’avenir du ferroviaire public faire échec au projet du gouvernement d’augmenter les péages

jeudi 10 avril 2008 , 1144 : visites

Le 18 mars dernier les vice-présidents communistes délégués aux transports dans les régions sont intervenus à l’Association des Régions de France pour révéler le mauvais coup que prépare le gouvernement avec le projet de réforme sur la tarification du réseau ferroviaire. Ce dont il est question avec ce projet, c’est d’une augmentation colossale des tarifs d’utilisation des infrastructures et de la circulation du matériel ferroviaire. L’objectif du gouvernement est donc de faire financer les investissements indispensables et urgents pour le ferroviaire par le ferroviaire en augmentant la facture des Régions, de la SNCF et le prix du billet pour les usagers.

Ce qui est en jeu, c’est le devenir du réseau ferroviaire français, son unicité, le maillage du territoire. Ce sont ces atouts qui ont permis depuis une dizaine d’années de relancer le service public du transport régional de voyageurs. Car sans réseau unique et maillé il n’y a pas de cohérence pour développer les transports ferroviaires avec la prise en compte des besoins de déplacements, d’un aménagement et d’un développement durables de nos territoires.

Ce projet de réforme est à contre courant de ce qui vient de s’exprimer avec le Grenelle de l’environnement. Réduire de 20% d’ici 2020 les gaz à effet de serre dans les transports nécessite de développer les modes les moins polluants et notamment le ferroviaire. (..) Après avoir vidé les caisses de l’Etat avec les cadeaux fiscaux aux plus riches, MM Sarkozy et Fillon voudraient faire payer, en augmentant les péages, les Régions, les contribuables et les usagers du transport pour financer les infrastructures ferroviaires et pousser les feux d’un éclatement du réseau en en régionalisant une partie. (...)

Le gouvernement, par cette augmentation colossale des tarifs prépare l’ouverture à la concurrence du transport des voyageurs en 2010, en faisant en sorte que cette concurrence soit assortie de prix élevés pour les usagers et Autorités Organisatrices de Transports.

Le gouvernement veut avancer au pas de charge, sans concertation préalable, il veut boucler cette réforme avant l’été. Les Régions doivent s’y opposer. Laisser faire serait porter un coup au TER qui répond aux besoins des populations, au développement harmonieux et durable des territoires.(....)

Il est urgent que l’Etat prenne enfin en charge le désendettement de RFF dont il porte la responsabilité et dote la SNCF et RFF de moyens accrus. Après s’être privé des ressources provenant des bénéfices des autoroutes, qui ont été privatisées, il est urgent que le gouvernement mette en place des dispositifs nouveaux permettant aux autorités organisatrices de transports de disposer de ressources accrues et pérennes. Dans ce cadre la généralisation du « Versement Transport », dont ne bénéficient pas les Régions hors Ile de France et la mise en place de l’Euro vignette sont des priorités absolues.

Nous en appelons à la mobilisation de tous les élus de gauche pour déjouer cette attaque majeure contre notre système ferroviaire français, qui malgré ses insuffisances a fait la preuve de son efficacité, nous avons le réseau ferré l’un des plus sûr au monde. Avec les citoyens, les usagers transports et les cheminots rassemblons-nous pour porter ensemble des exigences de développement du ferroviaire à la hauteur des enjeux de société que sont la lutte contre le réchauffement climatique et la maîtrise de la dépense d’énergie

P.-S.

La Dépêche de l’Aube N968

Répondre à cet article

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|