« Le néolibéralisme est mort mais ils ne le savent pas. » Roland Gori

Accueil > Archives > Aube > Tout le département > Toujours plus à droite, toujours plus déconnecté de la réalité (...)

Conseil général

Toujours plus à droite, toujours plus déconnecté de la réalité !

jeudi 3 avril 2008 , 1300 : visites , par FLORENT BALLANFAT

Au sein d’une assemblée départementale où la droite est toujours plus surreprésentée, tout ne semble être qu’un éternel recommencement. Mieux élu à la présidence du Conseil général que la dernière fois grâce à la voix de Marc Bret, Philippe Adnot voit dans la réélection de ses lieutenants un plébiscite à sa politique et ferme toujours les yeux sur les difficultés rencontrées par un nombre croissant d’Aubois. On peut donc s’attendre à de nouvelles offensives politiques du Conseil général contre les personnes privées d’emploi, en situation précaire ou ayant des problèmes de santé.

Comme on le sentait venir, le pseudo démocrate Adnot qui ne conçoit pas l’existence d’une opposition politique, n’allait pas voir dans ces élections, autre chose qu’un succès malgré son échec sur le canton de Sainte-Savine. Il savait bien dès le soir du premier tour qu’il pourrait compter sur l’appui de Marc Bret, qui bien que trop proche de Baroin à son goût, continue à lui tendre la main. Heureusement d’ailleurs que l’ex-leader socialiste a assuré que son cœur restait à gauche sinon on pourrait se demander jusqu’où il serait prêt à aller pour s’attirer les bonnes grâces du président du Conseil général...Sans doute pas jusqu’à se fâcher avec son nouvel ami, maire de Troyes " re-labélisé " UMP depuis son élection. Quelles leçons, tirer des élections cantonales de 2008 ? De fait, l’opposition ressort de cette échéance avec 4 Conseillers généraux face à 29 pro-Adnot. Une représentation à mille lieues de la réalité politique auboise, fruit d’un découpage territorial qui ne tient pas compte du nombre d’habitants et donne le même poids politique à un canton de 1800 votants (comme Chavanges) qu’à un canton où 13 021 personnes sont inscrites (comme Troyes 6).

Cette surreprésentation de la droite contrairement à ce que veut bien croire le président du Conseil général n’est pas le fait d’un bon bilan de la droite dans l’Aube. En effet pour asseoir sa mainmise sur ce qu’il semble considérer comme son royaume, Philippe Adnot n’hésite pas à employer tous les moyens pour mettre en place ses proches : utilisation de la presse locale, chantage plus que limite vis-à-vis des habitants de communes (comme Romilly-sur-Seine) qu’il menace d’isolement en cas de victoire de la gauche... rien n’est trop beau quand il s’agit d’étendre son pouvoir sur le département.

Mais dans l’instauration de cette "monarchie" qu’il veut "absolue" Philippe Adnot va devoir encore attendre avant de faire taire toute opposition qui comptera encore Jean-Marc Massin fraichement réélu cette année et 3 conseillers généraux dont les communistes Joë Triché et Marie-Françoise Pautras fer de lance de la gauche dans l’assemblée départementale.

De plus, la progression du poids électoral du PCF est bien le signe que la population auboise est en recherche d’une solution à l’impasse dans laquelle la politique de la droite nous mène.

Le bilan de la droite dans l’Aube, parlons-en justement Car les Aubois n’oublient pas que le Conseil général est loin d’être à la hauteur de leur attente. Par l’abstention toujours très forte, de nombreuses personnes marquent leur dégoût d’une politique qui leur échappe. Des décisions prises sans véritable débat, un démantèlement discret mais réel des services publics, des déclarations laissant à penser que les pauvres, les personnes privées d’emploi ou en situation précaire sont responsables de leur situation, voilà la méthode du monarque Adnot.

On ne sera pas étonné que les Aubois-es ne se sentent pas tellement impliqués dans les affaires du département où des conseillers généraux ne se sentent pas obligé de rendre des comptes à la population.

Seulement, il y encore des gens qui n’acceptent pas cette façon de faire, qui refusent l’orientation "gestionnaire façon entreprise privée" que donne la droite à notre département. Il existerait même des gens qui pensent que davantage de solidarité permettrait d’améliorer leur quotidien et celui de leurs concitoyens.

Pour le plus grand malheur d’Adnot, il semblerait que certains se permettent de refuser la fatalité de la désindustrialisation dans l’Aube, de contester les suppressions d’emploi chez Plastika à Sainte-Savine, chez Vachette à Troyes, chez Petitjean à Saint-André-les-Vergers... et pas seulement les communistes, ces dangereux chercheurs de justice sociale, ces empêcheurs de penser uniformément ! Plus de 12% des Aubois se mettent à leur apporter leur soutien comme lors des dernières cantonales (les candidats communistes ont recueilli en moyenne près de 16% des suffrages là où ils étaient présents) ! Dans 6 des 12 cantons où il présentait un candidat (e), le PCF portait le rassemblement de la gauche. Il obtient de très bons résultats et a permis aux 36 000 électeurs de ces cantons d’exprimer un choix ne se limitant pas à un vote pour la droite ou l’extrême-droite. Ceci constitue une bonne nouvelle pour la démocratie et pour la gauche qui a ainsi pu être représentée sur l’ensemble des cantons.

Philippe Adnot est le symbole de cette droite qui représente un véritable boulet pour le dynamisme de notre département, en empêchant, par exemple, la réalisation de projets dans l’intérêt des Aubois qui imposeraient de travailler intelligemment avec le Conseil régional de Champagne-Ardenne.

En attendant les veilles recettes de la droite, et de tous ceux qui la rejoignent pensant ainsi entrer dans l’ère de la modernité, continueront d’échouer lamentablement et de produire encore plus d’inégalités et d’injustices et Marc Bret se réjouira de cette "bonne gestion".

Mais pendant ce temps, les communistes seront encore présents et déterminés à combattre la politique de la droite qui a conduit à faire de l’Aube un département à la traine dans tous les domaines essentiels à une bonne qualité de vie : emploi, services de santé, transports, justice, éducation...

P.-S.

La Dépêche de l’Aube N967

Répondre à cet article

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|