« Le néolibéralisme est mort mais ils ne le savent pas. » Roland Gori

Accueil > Archives > National > Election > À un mois des municipales et des cantonales Sarkozy nous ressort ses (...)

À un mois des municipales et des cantonales Sarkozy nous ressort ses promesses

jeudi 14 février 2008 , 1663 : visites , par LDA

Pas un jour sans une intervention, une promesse, une belle parole sur la " valeur travail " ou le " pouvoir d’achat ".

Ces deux arguments ont pesé dans son élection. Ils ont fait retour en boomerang ces dernières semaines, à proportion de l’écart perceptible par des millions de Français entre les promesses de campagne et les actes. La photo de dirigeants de la CGT à l’Élysée les bras emplis de 250 000 signatures contre les franchises médicales en procure un raccourci saisissant. Les milliers de salariés de la grande distribution en grève pour réclamer une augmentation de salaire et de meilleures conditions de travail illustrent également le ras le bol social huit mois après l’élection de Sarkozy. Dans l’Aube le mouvement a été très suivi. La maîtrise de la communication n’empêche plus les contradictions d’apparaître au grand jour entre le sens de la politique menée et le risque électoral à terme très rapproché.

Le PDG de Mittal reverse 697 millions d’euros à sa famille et Sarko veut lui faire encore bénéficier de fonds publics Lundi dernier en Moselle, l’État qui ne peut rien face aux actionnaires devenait le sauveur industriel de centaines d’ouvriers métallurgistes menacés dans leur emploi par les stricts calculs de rentabilité financière d’Arcelor-Mittal. Les collectivités locales étaient sommées de se "mobiliser". Bel effort lorsque l’on sait que Mittal annonce pour 2007, 8 milliards d’euros de bénéfice et 697 millions d’euros de dividendes reversés à la famille du PGD. Les centaines de salariés menacés partout en France comme ceux de Petitjean à Saint-André, de Kléber à Toul ne sont pas dupes de la manœuvre de Sarkozy. Les questions qu’ils se posent sont : quelle est la politique industrielle de la France ? Va t-on mettre un terme à la loi du fric ? Quelle est la finalité de l’entreprise : engraisser les actionnaire ou permettre aux salariés de vivre dignement ? De ce point de vue, c’est sûr avec Sarkozy il n’y aura pas de rupture.

Mardi dernier, l’annonce de Tartuffe du Premier ministre de n’augmenter que misérablement et en cinq ans le minimum vieillesse n’a soulevé que l’enthousiasme des députés de droite dont bien peu doivent savoir ce que signifie de survivre avec 700 euros par mois.

Mercredi, Sarkozy sort de sa poche une prime miracle de 200 euros, versée après les élections. Comment sera-t-elle financée ? En ponctionnant 120 millions d’euros sur le fonds de solidarité vieillesse dont le déficit l’oblige déjà à payer en retard les prestations de retraite dues au titre des périodes de chômage.

Vendredi : le plan " banlieues " fait pschitt ! Les familles des quartiers populaires ont besoin d’enseignants, de services publics, de transports, d’emplois. Quand on supprime 11 000 postes de profs, qu’on sape les efforts locaux en matière de travail, du fait de la fusion UNEDIC-ANPE, qu’on ne lutte en rien contre les mairies refusant de construire des logements sociaux et qu’on ne propose sur ce chapitre que leur mise en vente, que reste-t-il ? Le "mérite" de quelques-uns pour masquer l’enfoncement de tous ? Et avec quel argent ? Celui des collectivités locales ?

On ne peut pas répondre aux besoins sociaux criants dans le cadre du corset budgétaire de l’État qui s’interdit toute ressource nouvelle prise sur ces milliards gaspillés sur les marchés financiers. Sarkozy monte en première ligne ; en un sens, il a raison : enjeux locaux et nationaux n’ont jamais été aussi liés que dans cette période

P.-S.

La Dépêche de l’Aube N960

Répondre à cet article

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|