Le respect pour la dignité humaine ne se mérite pas, il est une donnée préalable."

Tzvetan Todorov Linguiste

Accueil > Archives > National > La laïcité en danger

La laïcité en danger

jeudi 24 janvier 2008 , 1862 : visites , par Jean Lefevre

Nicolas Sarkozy dans son discours d’investiture a dit vouloir moderniser la laïcité.

"La laïcité c’est le respect de toutes les religions, ce n’est pas le combat contre les religions." C’est ce qui s’appelle enfoncer des portes ouvertes car la lutte antireligieuse est une vieille lune qui n’a quasiment plus d’adeptes. La laïcité est fondée sur les principes de liberté de conscience et de l’égalité de droit et de dignité de toutes les options religieuses ou philosophiques, agnostiques ou athées. La loi de 1905 (Jaurès et Buisson) affirme que l’Etat laïque est neutre entre les cultes et indépendante des clergés. Il n’y a rien à jeter dans ces principes et l’on ne voit pas de quelle modernisation veut parler le Président Sarkozy.

On se rend compte cependant que le langage du nouveau président tourne à l’obsession religieuse : il "veut prendre en compte les attentes des grandes religions " car "la vie spirituelle constitue le support d’engagements humains que la République ne peut offrir, elle qui ignore le mal et le bien." On sent poindre là une volonté de donner à l’église un rôle non seulement moral mais social comme si la République ne pouvait pas le faire. Si notre démocratie, en effet, n’est qu’un lieu où s’exercent simplement les lois du marché, elle aurait perdu ses valeurs fondatrices, héritées du siècle des lumières et des grandes luttes populaires : éducation, culture, droits pour tous, solidarité, justice, ce que la devise "liberté, égalité, fraternité" résume assez bien. Aujourd’hui les autorités religieuses dans leur grande majorité acceptent et ne remettent pas en cause ces valeurs à quelques exceptions près. Alors pourquoi relancer cette réflexion ? Devant Benoît XVI puis en Arabie Saoudite le Pt Sarkozy a exalté le rôle de la religion dans la vie publique et dénigré les principes laïques définis par la loi de 1905. Devant le régime obscurantiste de Ryad, il a cité 13 fois le terme de "Dieu" et magnifié le rôle civilisateur de la religion. N.Sarkozy veut tout moderniser, le code du travail comme les lois laïques. Mais pour lui, moderniser veut dire casser, changer, revenir en arrière.

À ceux qui douteraient de ce changement lourd de menaces, dans l’état d’esprit des dirigeants actuels, je ne peux que citer des extraits de son discours de Latran à Rome le 20/12/2007 :

Un homme qui croit, c’est un homme qui espère et l’intérêt de la République, c’est qu’il y ait beaucoup d’hommes et de femmes qui espèrent. La désaffection progressive des paroisses rurales, le désert spirituel des banlieues, la pénurie des prêtres n’ont pas rendu les Français plus heureux. La morale laïque risque toujours de se changer en fanatisme quand elle n’est pas adossée à une espérance... " Il ajoute : "Dans la transmission des valeurs et dans la différence entre le bien et le mal, l’instituteur ne pourra jamais remplacer le pasteur ou le curé... " Rome, 20 décembre 2007.

La laïcité et la démocratie sont en danger.

P.-S.

La Dépêche de l’Aube N957

Répondre à cet article

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|