“Ils n’ont pas senti la souffrance : ils ont créé le chaos, ils ont laissé tout rafler à ceux qui étaient les plus forts économiquement. Antonio GRAMSCI.

Accueil > Archives > Aube > Tout le département > Conseil général - orientation budgétaire

Conseil général - orientation budgétaire

Les notables AUBOIS relaient la politique de Sarkozy !

jeudi 13 décembre 2007 , 1569 : visites , par Passy Connh

Les notables de la politique locale n’aiment pas qu’on leur rappelle l’écrasante responsabilité qu’ils portent sur la situation qui est faite aux Auboises et aux Aubois.

Qui plus est à quelques mois d’échéances électorales où ces barons vont devoir se faire adouber par le petit peuple. Simple formalité qui pourrait laisser ses seigneurs de marbre face à quelques quolibets. Que nenni. Le pouvoir rend intolérant au point que l’on ne supporte plus que l’on puisse penser différemment. Alors sa majesté Adnot est montée en première ligne pour écraser la rébellion. Face à lui deux communistes, les deux pieds dans la réalité de la vie quotidienne des Aubois et qui ne supportent pas d’entendre ces notables aubois du haut de leur fauteuil de cuir dire que tout va pour le mieux. Un socialiste (de gauche) sans doute désorienté par les prises de position de son autre camarade socialiste (de droite) qui lui aussi trouve que finalement tout est bien. Et un vert courageux certes mais sans doute pas suffisamment politique pour porter le fer là ou ça fait mal a la droite.

"Le président de la République a déclaré que "les caisses étaient vides" le premier ministre prétend que "la France est en état de faillite". Comment dans ces conditions un pays peut-il se permettre d’accorder aux plus aisés et aux entreprises un cadeau fiscal de 15 milliards d’euros, comme l’a fait dès le lendemain de son élection le président de la République ? Et sur les 15 milliards, tous les observateurs économiques confirment que 70 % de cette somme va bien bénéficier à seulement 20 % des Français " C’est cette question de Joë Triché qui a donné le ton du débat sur les orientations budgétaires du conseil général de lundi derniers. Vous pensez peut-être que ce type de question n’est pas du ressort du conseil général. Que l’on se comprenne bien. Aujourd’hui les choix politiques et économiques du gouvernement ont des conséquences directes sur les collectivités locales et notamment les conseils généraux. Et tout ça va s’accélérer encore après les élections locales. Face à cela il y a deux postures La précarité a augmenté de 20 % en 5 ans. Durant la même période le nombre des retraités qui vivaient en dessous du seuil de pauvreté a augmenté de 63 %, le nombre des ménages surendettés a progressé de 16 %. 31 % des salariés ont aujourd’hui un travail précaire ou à temps partiel, Une telle situation est d’autant plus intolérable que nous sommes dans un pays ou "l’argent coule à flots" selon l’expression de Patrick Artus, un économiste reconnu. Dans de telles conditions, sont tout aussi intolérables les coupes sombres envisagées par le gouvernement à l’égard des collectivités territoriales alors qu’elles sont confrontées à toujours plus de transferts de charges de l’Etat et à des demandes accrues des populations. Face à cela il y a deux postures. Celle qui accompagne cet état de fait et facilite la mise en œuvre de nouvelles injustices. Ou celle qui consiste à résister, à imaginer des alternatives plus justes comme par exemple pour le Conseil général de l’Aube, utiliser les 30 millions d’euros d’autofinancement que dégage le budget pour financer des dépenses utiles a la population. Un exemple significatif mis en avant par Joë Triché pour illustrer ce propos : récemment le Conseil d’administration de l’hôpital de Romilly a décidé à la majorité d’augmenter le prix de journée pour ses maisons de retraites de 6,60 % et de plus de 19 % pour l’unité de soins de longue durée parce que le Conseil général n’assume pas ses responsabilités financières dans la gestion de ces établissements. On peut ajouter des problèmes du même ordre dans un certain nombre de collèges du département qui doivent puiser dans leur fonds de réserve pour assurer les charges de gestion. Etc..

Un autre exemple témoigne parfaitement de la soumission de la majorité départementale à la politique du pouvoir. La proposition de Ph. Adnot de demander que les moyens financiers qui étaient attribué au tribunal des Prud’hommes de Romilly -sur-Seine revienne au tribunal de Troyes. Un moyen habile d’entériner la fermeture injuste et très contestée du tribunal de Romilly auquel on refusé de prendre part les élus de gauche.

Des élus qui portent la voix de la population En faite, il n’y a aucune surprise dans tout cela, le président du conseil général et sa majorité font le choix de relayer la politique gouvernementale. Depuis toujours la gestion du département est inspirée par les mêmes dogmes que ceux qui prévalent au niveau de la gestion de l’Etat, à savoir tout faire pour diminuer la dépense publique, même si cela doit avoir des conséquences négatives sur la vie des Auboises et des Aubois.

Les élections cantonales de mars prochain peuvent être l’occasion d’élire des conseillers généraux qui portent une autre vision de ce que doit être l’action d’un élu départemental. Pas un notable de la politique aux ordres de l’appareil UMP ou de ses satellites, mais un homme ou une femme qui saura porter au cœur de cette assemblée la voix de la population.

De ce point de vue les candidats communistes aux élections cantonales de mars prochain seront à la disposition des auboises et des aubois avec des propositions concrètes.

P.-S.

La Dépêche de l’Aube N951

1 Message

Répondre à cet article

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|