Le respect pour la dignité humaine ne se mérite pas, il est une donnée préalable."

Tzvetan Todorov Linguiste

Accueil > Archives > National > A propos de Guy Môquet (suite et fin)

A propos de Guy Môquet (suite et fin)

Un combat encore porteur de nouvelles espérances par Fernand Ibanez

mercredi 31 octobre 2007 , 2517 : visites

Quelles relations me direz-vous avec Guy Môquet

Les combats menés par la Résistance, les rencontres que je fis avec d’autres combattants de la Résistance, souvent clandestins, et recherchés par la Gestapo et la police de Vichy, me firent comprendre la place importante que les résistants communistes prenaient sur le terrain. Alors que la haine anticommuniste avait enrichi violemment le parlement de 1938-39-40, les députés communistes furent les premières victimes des mesures prises à leur encontre par une forte majorité de députés acquis à la cause de la collaboration avec Hitler. Sous le slogan “plutôt Hitler que le Front populaire”. Les députés communistes dès 1939 furent suspendus de leurs mandats et déportés. Prosper Môquet -député communiste- père de Guy Môquet n’y échappa pas.

C’est ainsi que le pauvre communiste Guy Môquet fut arrêté le 13 octobre 1940 au métro de la gare de l’Est alors qu’il distribuait des tracts contre les nazis au nom des jeunesses communistes de France. Le jeune résistant et fier que j’étais à la Libération de 1944-45 fut sensible au rôle que jouèrent les communistes au sens qu’ils donnèrent aux combats, leurs sacrifices consentis par milliers furent le prix de leur engagement à l’image de Guy Môquet dont on honore aujourd’hui la mémoire. Je fus subjugué par tant d’abnégation patriotique d’autant que les communistes syndicalistes, socialistes et autres démocrates constituèrent le contingent décisif de la Résistance. Guy Môquet 17 ans et demi nous approuvait comme le plus pur symbole de la beauté du geste, du courage, de la clairvoyance dans l’avenir. Il est la plus belle image expressive de ces hommes et de ces femmes qui donnèrent à la nation le meilleur et le plus beau dont l’être humain peut être porteur. C’est donc dans l’enthousiasme de la Libération que je rejoignis moi-même en 1945 les rangs du Parti Communiste Français. Je poursuivis avec conviction le chemin appris d’un combat révolutionnaire pour une société nouvelle ou l’homme ne sera plus un loup pour l’homme, où les pourris du capital financier seront mis hors d’état de nuire.

En relisant ces quelques lignes écrites par Guy Môquet : il dit à son petit frère de bien étudier pour être un homme ou encore “petit papa, j’ai fait de mon mieux pour suivre la vie que tu m’as tracée. Ce que je souhaite de tout mon coeur, c’est que ma mort serve à quelque chose ».

Les buts et les valeurs pour lesquels Guy Môquet a combattu et donné sa vie ont été remis en question et altérés. Le combat d’aujourd’hui a pour objectif les mêmes doutes, les mêmes valeurs et érige un engagement dans les conditions du XXIe siècle. Les communistes doivent être rassemblés, nombreux, combatifs, confiants dans le combat difficile que nous avons à mener. L’adhésion est un premier pas. Je vous y invite Fernand Ibanez

P.-S.

La Dépêche de l’Aube N945

Répondre à cet article

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|