Honte à celui à qui sa limite suffit. Heureux celui qui se jette au bout de lui-même » Louis Aragon

L'Humeur
  • LA GAUCHE
  • 12 février 2021,
    par Malicette
  • Qu’est-ce qu’elle fout la gauche ? On ne l’entend plus, la gauche ! Pendant ce temps là les cigognes passent et l’hiver est là. Car les cigognes bien sûr, c’est dans le mauvais sens qu’elles vont. En fait la gauche ne se tait pas. La gauche hurle de (...)

  • Lire la suite
Accueil > l’hebdo > 2021 > FEVRIER 2021 > N° 1638 > LA CRISE SANITAIRE A BON DOS !

LA CRISE SANITAIRE A BON DOS !

Aube - Flunch

vendredi 12 février 2021 , 151 : visites

Lors du Comité Social Economique Central (CSEC) La Direction Générale de Flunch a annoncé la fermeture programmée de 57 restaurants sur les 227 existants et la suppression de 1300 emplois.

Le 4 février confirmation a été donnée dans la presse locale que le restaurant de Saint-André-Les-Vergers (galerie marchande de Carrefour) était dans la liste des restaurants amenés à être cédés plongeant la trentaine de salarié-es dans la tourmente.

Flunch appartient à la famille Mulliez dont la fortune est estimée à environ 26 Milliards d’Euros, soit la 6ème fortune de France. Après les licenciements chez Auchan, Alinéa, Pimkie, Happy Chic… c’est au tour d’Agapes, la filiale holding de restauration des Mulliez, d’abandonner son enseigne historique Flunch et ses salarié-es. Si la pandémie a plongé Flunch dans le rouge, la crise couvait déjà dans la première enseigne de restauration libre-service en France.

Le choix des dividendes distribués aux actionnaires

Le syndicat CGT de l’entreprise dénonce depuis des années l’absence de modernisation du concept et des établissements. Ce manque de stratégie et d’investissement conduit à la situation catastrophique d’aujourd’hui. La crise sanitaire est un catalyseur pour une entreprise déjà en grande difficulté en 2019.

Les millions du CICE n’ont pas servi à moderniser l’outil de travail, ni à créer des emplois. Par contre, l’entreprise a fait le choix de ponctionner la trésorerie de Flunch et a distribué 128 millions d’Euros aux actionnaires en 2018… Les choix de gestion des directions successives, qui priorisent la recherche de profit immédiat, conduisent à la situation d’aujourd’hui. Ce sont les salarié-es qui paient l’addition ; à Saint-André se sont trente emplois qui sont menacés, pour la plupart des contrats à temps partiel et des salaires proches du SMIC.

D’autres solutions existent

Le délégué syndical central CGT de Flunch, déclare que les salarié-es, doivent se mobiliser par tous les moyens pour le maintien des emplois. Des solutions existent, l’actionnaire possède d’autres enseignes de restauration qui pourraient s’implanter notamment à Saint- André. Cela implique de choisir de former les salarié-es et d’investir, plutôt que de distribuer des dividendes.

Avec la procédure de sauvegarde, Flunch s’est mis à l’abri d’une cessation de paiement. Le groupe dispose maintenant d’un délai de 6 à 8 mois pour trouver des repreneurs.

Toute autre hypothèse laisserait à penser que la famille Mulliez profite de la pandémie pour dégraisser ses effectifs.

Passy CONNH

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|