Honte à celui à qui sa limite suffit. Heureux celui qui se jette au bout de lui-même » Louis Aragon

L'Humeur
  • RETOUR AUX ORIGINES
  • 5 février 2021,
    par Gisèle Malaval
  • L’INA, grâce à un logiciel utilisant une intelligence artificielle capable de mesurer le temps de parole des femmes sur les heures de programme, a mis au jour un net recul de leur présence vocale pendant le confinement, en particulier sur les (...)

  • Lire la suite
Accueil > l’hebdo > 2021 > FEVRIER 2021 > Rendre plus forts la République et ses principes

Rendre plus forts la République et ses principes

Assemblée Nationale - Projet de loi

vendredi 5 février 2021 , 209 : visites , par LDA

Cette semaine, a débuté au parlement, le débat sur la loi dite de « renforcement des principes républicains  ». Il avait d’abord été question de lutte contre les communautarismes, puis contre les séparatismes, avant d’en faire, à la suite de l’assassinat de l’enseignant Samuel Paty, une loi censée combattre l’intégrisme islamiste, sous couvert d’approfondir la laïcité. L’occasion pour la Dépêche de l’Aube de revenir sur le point de vue des communistes concernant ce projet de loi.

Ces dernières années, notre peuple a subi les monstrueuses violences terroristes perpétrées par des mouvements intégristes islamistes violents. Ceux-ci ont décidé de s’attaquer à la République et à ses principes afin d’imposer leurs dogmes mortifères, notamment à nos compatriotes de confession musulmane qui, dans leur immense majorité, veulent vivre leur foi dans le respect des lois communes. Nous refusons d’autant plus les amalgames entre l’islam, les musulmans et le terrorisme, qui risquent d’alimenter le racisme et de plonger notre pays dans de nouvelles divisions. Ce que nous combattons, ce sont des courants politiques et leurs déclinaisons terroristes qui veulent entraîner le monde dans un prétendu « choc des civilisations ». Ces courants, fauteurs de mort et de haine, comme tous les réseaux qui s’en rendent complices, doivent être identifiés, poursuivis et condamnés sans faiblesse. Mais nous refusons de nous enfermer, pour les combattre, dans un « occidentalisme » qui regarde les rapports entre les peuples comme une guerre internationale du Bien contre le Mal. Nous voulons unir les peuples et non les opposer.

Face à cette menace, nous voulons rendre toujours plus forts la République et ses principes. La République ne doit surtout pas reculer, ni se renier face au danger. Elle doit s’appliquer à accomplir jusqu’au bout sa promesse de liberté, d’égalité, de fraternité. Pour cela, elle doit permettre que se lève dans toute la société un mouvement populaire conscient du danger et décidé à ne pas laisser faire.

La laïcité est l’une des pierres angulaires de la République

À la suite d’un amendement du député communiste Étienne Fajon, le préambule de la Constitution proclame d’ailleurs la République laïque. La République est une communauté de citoyennes et de citoyens, libres et égaux en droits, quels que soient leurs origines, leurs genres, leurs orientations sexuelles, leurs croyances et convictions intimes. La laïcité est ce principe qui garantit la liberté absolue de conscience, donc la liberté de croire ou de ne pas croire. Elle se trouve au fondement de la liberté d’expression et de la liberté artistique, du droit de critiquer toute religion et toute philosophie. Sans méconnaître le fait religieux, elle n’entend ni reconnaître, ni financer aucun culte, et elle récuse toute prétention à faire prévaloir des préceptes religieux sur les lois de la collectivité citoyenne. Elle est en ce sens la condition de la souveraineté du peuple.

Nous voulons une République pour toutes et pour tous

Mais depuis plusieurs décennies, la laïcité a été instrumentalisée dans le débat public par des forces qui la dévoient, au point d’en troubler la perception et d’en affaiblir la portée. Certains ont voulu en faire un outil d’exclusion et de discrimination, maniant des amalgames plus ou moins insidieux. Nous ne l’acceptons pas. De la même manière que nous refusons le procès infamant fait à la gauche de complaisance avec l’idéologie intégriste islamiste. Pour sa part, le Parti communiste français s’est toujours, avec d’autres, placé en première ligne des combats pour la laïcité de l’État et des services publics ; pour l’école publique dont les moyens n’ont cessé d’être rognés alors que ceux des institutions privées s’accroissaient ; pour l’égalité et en particulier contre toute discrimination ou tout acte de soumission imposés aux femmes ; pour que le racisme et notamment celui qui vise des juifs ou des musulmans ne fassent l’objet d’aucune tolérance. Bref, il porte en permanence le combat en faveur d’une République démocratique et sociale.

Dans ce monde qui fabrique des victimes désunies, nous voulons au contraire unir. Dans cette société aux multiples fractures, où l’on entend si souvent nier les discriminations et le racisme, nous voulons une République pour toutes et pour tous, une République en mouvement vers sa promesse encore tellement inaccomplie. Ce projet de loi n’en prend pas le chemin.

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|