La parole n’a pas été donnée à l’homme : il l’a prise. » ARAGON

L'Humeur
  • VIGILANCE
  • 24 décembre 2020,
    par Gisèle Malaval
  • Le gouvernement le dit et le répète : l’administration du vaccin ne sera pas obligatoire et sera liée à un consentement. Soit. Mais le 22 décembre le gouvernement a déposé un projet de loi, « instituant un régime pérenne des urgences sanitaires » qui (...)

  • Lire la suite

VIGILANCE

jeudi 24 décembre 2020 , 253 : visites , par Gisèle Malaval

Le gouvernement le dit et le répète : l’administration du vaccin ne sera pas obligatoire et sera liée à un consentement. Soit. Mais le 22 décembre le gouvernement a déposé un projet de loi, « instituant un régime pérenne des urgences sanitaires » qui prévoit que «  Le Premier ministre peut (…) subordonner les déplacements des personnes, leur accès aux moyens de transports ou à certains lieux, ainsi que l’exercice de certaines activités, à la présentation des résultats d’un test de dépistage (...), au suivi d’un traitement préventif, y compris à l’administration d’un vaccin, ou d’un traitement curatif. »

Il est important de noter que le « ou » ne concerne que des personnes déjà malades puisque l’on parle d’un traitement curatif. Pour les autres, le fait de ne pas proposer de choix – résultat de test ou traitement préventif ou attestation de vaccination- indique la possibilité pour le gouvernement en place de choisir ce qu’il veut imposer pour la libre circulation des citoyens dans leur propre pays - par exemple un vaccin payé par les contribuables et assurant de prodigieux dividendes au fabricant -. Et là, il ne serait plus question de consentement.

Par ailleurs, le fait d’utiliser « personnes  » au lieu de «  citoyens » est aussi inquiétant, dans la mesure où le contrat qui lie le citoyen à l’État n’est plus envisagé, la personne étant simplement un élément de flux sur un territoire. Certes le Conseil d’État vient d’interdire l’usage de drones pour surveiller les manifestations à Paris ; il semble donc que le préfet Lallemant qui voulait massifier la surveillance et la répression de l’exercice de la citoyenneté ait buté sur un obstacle. Pour le moment, du moins...

Comme le dit le ministère de la Santé, restons vigilants !

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|