« L’éducation est l’arme la plus puissante pour changer le monde » Nelson Mandela

L'Humeur
  • « QUOI QU’IL EN COUTE »
  • 9 octobre 2020,
    par Gisèle Malaval
  • E. Macron est un président décidément très décevant. Il est lent, très lent pour prendre une décision : 6 mois pour décider de ne rien faire face à la crise sanitaire, c’est long ! A. Merkel, en 6 mois, a fait passer les 19 000 lits de réanimation à 28 (...)

  • Lire la suite
Ecoutez-voir
  • FOUTAGE DE GUEULE
  • 9 octobre 2020
  • Cent milliards. Avec un décor factice qu’il monte à chaque prestation, le camelot-président vante son plan de relance. Mais Bruxelles ne veut pas (...)

  • Lire la suite
Accueil > l’hebdo > 2020 > OCTOBRE 2020 > N°1620 > INCONSÉQUENCES ET DOGMATISME

INCONSÉQUENCES ET DOGMATISME

Santé

vendredi 9 octobre 2020 , 124 : visites , par LDA

Depuis plusieurs mois maintenant, les scientifiques, les médecins et autres immunologistes alertent. Il y aura très probablement une seconde vague...

L’urgence actuelle c’est d’embaucher massivement à l’hôpital

On se souvient des sermons des ministres à propos du manque de responsabilité de ces jeunes qui ne respectaient pas de manière conséquente les consignes de protection. Maintenant, cette deuxième vague est là. À Paris comme à Marseille, on ferme les bars et les gymnases, et on renvoie les étudiants chez eux. Pour quinze jours, nous dit-on, mais tous, nous redoutons l’extension de cette période de semi-confinement. Et la question enfle : «  Qui est le plus inconséquent ?  » Une jeunesse qui veut vivre, ou un pouvoir dogmatique qui s’accroche à une gestion comptable de la santé ?

Car, comment justifier le durcissement, probablement légitime et nécessaire, des mesures de distanciation physique et «  en même temps  » avoir refusé d’entendre ceux qui étaient, sont et seront en première ligne, à commencer par les professionnels de santé ?

Comme l’explique le docteur Prudhomme, il fallait profiter de l’été pour «  armer au moins 12 000 lits de réanimation ». Or rien n’a été fait. Conséquence, un quart de ces lits sont déjà occupés par des malades du Covid-19. Même surdité en ce qui concerne le personnel. Comment penser pouvoir recruter dans les métiers comme aides- soignants ou du corps infirmier ou simplement éviter les départs quand la hausse de salaire proposée à l’issue du Ségur de la santé culmine à 35 euros pour ces catégories ?

Il est encore temps de changer de logique

Ce déficit en lits et en personnel annonce une catastrophe. Et ce n’est pas la réactivation des plans blancs qui va sauver la situation. La déprogrammation des interventions pour libérer des lits et du personnel pour les cas de Covid pourrait entraîner une surmortalité « collatérale  ». Et ce n’est pas la fermeture des bars qui pourra l’éviter. Il est encore temps de changer de logique, d’embaucher massivement à l’hôpital, d’ouvrir des lits de réanimation, d’améliorer les conditions de travail et les salaires des personnels. Car, hélas, nous risquons de devoir vivre encore longtemps avec ce virus.

Il faut donc vivre avec, bien entendu en adoptant des comportements adaptés au quotidien. Mais cela ne peut être l’abandon des autres malades à l’hôpital et une vie sociale réduite à sa plus simple expression. L’urgence actuelle n’est donc pas de fermer les bars, mais d’embaucher massivement à l’hôpital pour ouvrir des lits, plus particulièrement des lits de réanimation, et cela de manière pérenne, pour pouvoir gérer sereinement les mois et les années qui viennent. Il est urgent, également, de revoir la politique de tests, en utilisant plus largement les tests rapides qui pourraient être répétés plusieurs fois par semaine pour les populations à risque. Cela permettrait ainsi d’isoler précocement les personnes contagieuses et de maintenir une vie quotidienne presque normale.

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|