“Les crises, les bouleversements et la maladie ne surgissent pas par hasard. Ils nous servent d’indicateurs pour rectifier une trajectoire, explorer de nouvelles orientations, expérimenter un autre chemin de vie.” Carl Gustav Jung

L'Humeur
  • LUMIÈRE
  • 11 septembre 2020
  • « J’aurais espéré une forme de paix sociale, regrettait M. Djebbari, ministre des Transports, le 7 septembre, ... J’ai du mal à comprendre très honnêtement (sic) cette grève. » Il évoquait celle prévue le 17 septembre à l’initiative de la CGT- cheminots. (...)

  • Lire la suite
Ecoutez-voir
  • EN SOTS ? VACHEMENT
  • 11 septembre 2020
  • Voilà l’ « ensauvagement ». Il y eut les « sauvageons » de Chevènement, l’inventeur des charters « de gauche ». Puis la « racaille » de Sarko, qui n’était (...)

  • Lire la suite
Accueil > l’hebdo > 2020 > SEPTEMBRE 2020 > N° 1616 > EN SOTS ? VACHEMENT

EN SOTS ? VACHEMENT

CE QUI NOUS CHATOUILLE & NOUS GRATTOUILLE

vendredi 11 septembre 2020 , 32 : visites

Voilà l’ «  ensauvagement  ». Il y eut les « sauvageons » de Chevènement, l’inventeur des charters «  de gauche ». Puis la «  racaille  » de Sarko, qui n’était pas là où il nous le faisait croire mais dans son propre parti... Et dans les savates de Paul Bismuth !

Ensauvagement, c’est le mot de la rentrée. Avec une crise majeure, globale, comme celle de la Covid-19 (« la  » Covid, nous tance l’Académie Française), pas question, ne serait-ce que corriger un chouia un système destructeur ou notre rapport suicidaire à la nature. Non. Macron enfile des croquenots cloutés, fait son coq, et chante : insécurité, identité. L’extrême droite glousse dans la basse-cour. Ensauvagement, explique Darmanin, car « la France est malade de son insécurité  ». Qu’importent faits et chiffres montrant tous une stabilité depuis 15 ans. La tambouille sécuritaire, c’est comme les gros travaux voyants dans les communes : ça sent les élections. 2022, nous voilà !

L’ensauvagement, c’est de Macron et sa smala. Un jour, je prends mes aises et fadaises pour une causerie « à tu et à toi » dans un journal ultra-conservateur métissé facho. Un autre jour, je fais le moulin à vent quand la députée Danièle Obono y est portraiturée en esclave. Ceux-là mêmes qui ont été élus pour faire barrage à l’extrême droite – faut s’en souvenir -, déliquescents, se vautrent dans sa fosse à purin.

Ensauvagement ? Un responsable départemental du RN (ex. depuis pour cause de « dédiabolisation ») menace de « pendre » un syndicaliste et de tondre « à la libération » Assa Traoré. A Nice, des étudiants se font agresser par des fachos alors qu’ils tenaient un stand Solidaires. Voudrait-on nous transformer en sots ? Vachement !

LE CAPITAINE TRICASSE

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|