« L’éducation est l’arme la plus puissante pour changer le monde » Nelson Mandela

L'Humeur
  • IDÉES MANAGEUSES
  • 4 septembre 2020,
    par Malicette
  • Vous avez entendu ici ou là toutes ces idées que nous combattons bien entendu : « Il y a trop d’État, on n’est pas libre de produire. D’ailleurs l’État c’est un état communiste ( ! ) il ne fait que distribuer. Il assure la survie de ce qui n’est pas (...)

  • Lire la suite
Ecoutez-voir
  • DICHOTOMIES
  • 4 septembre 2020
  • J’évoquais il y a peu l’effet ténu comme une fragrance de l’écriture inclusive pour les femmes en butte à la ténacité des inégalités. Ainsi en va-t-il (...)

  • Lire la suite
Accueil > l’hebdo > 2020 > SEPTEMBRE 2020 > N° 1615 > HOMMAGE AUX MARTYRS

HOMMAGE AUX MARTYRS

Mémoire

vendredi 4 septembre 2020 , 138 : visites

Cérémonies à Baudement, Romilly et Creney

La FNDIRP a vivement réagi à la souillure négationniste de la façade du Centre de mémoire d’Oradour sur Glane, et cela d’autant plus vivement qu’elle commémorait les nombreuses exactions allemandes intervenues dans l’Aube à la veille de la Libération :

- assassinat de 49 patriotes à Creney le 22 août par les SS du Cel Pulmer et les Bretons du Bezen Perrot.

-massacre des 67 martyrs de Buchères le 24 août par la 51e brigade de la Panzergrenadiers du colonel Jockel et destruction presque totale du village (c’est notre Oradour aubois)
-crimes semés dans tout l’est du département par les mêmes soldats fanatisés sans parler des assassinats d’otages survenus dès 1941. Tant à Romilly sur Seine, Creney ou Baudement (proche village marnais) c’est notre FNDIRP qui put s’exprimer, parfois longuement, pour donner aux élus et publics présents des analyses nécessaires.

Pour la première fois, à Baudement, le nouveau maire Gérard Fricault, présidait la cérémonie en présence de l’ADIRP, l’ANACR, l’AFMD 51 et le Souvenir français. Cette commune honore chaque année le sacrifice d’Hubert JEANSON, capitaine FTPF, fusillé à Creney ainsi que celui de Jacques PARENT du réseau Buckmaster mort à Ravensbrück. Leurs chemins très différents, la découverte récente du parcours de J. Parent (2015), la persistance du négationnisme, montrent la nécessité de s’atteler à cette tâche immense de la mémoire.

Dans cette région de l’Ouest aubois (Romilly, Nogent, Aix en Othe, Anglure) un travail historique important a été réalisé par un Collectif qui prépare le second tome de leurs recherches (1). Il est réconfortant de constater l’ampleur de cette recherche, appuyée par des élus qui n’abandonnent pas ce qu’il y a de plus précieux, qu’on appelle la mémoire et qui est l’histoire et la culture du village. C’est ce qui donne du sens à une communauté et ce qui la soude.

Cette prospection est nécessaire parce que de nombreux combattants ont été oubliés. Les raisons sont diverses. Ce sont eux ou leur famille qui n’avaient pas souhaité qu’on en parle après-guerre, ils se sont auto-gommés de la mémoire collective. C’est aussi la mémoire officielle qui ne fut pas, loin s’en faut, exhaustive, ni précise. Elle est souvent instrumentalisée par le pouvoir politique sous toutes les latitudes, la mémoire officielle ! Il faut la ranimer un tant soit peu. Ainsi dans l’Aube, un travail datant des années 80 avait dénombré 408 déportés. Nous en sommes aujourd’hui à 637 en comptant les 115 de Rawa-Rouska et Kobierzyn, des déportés longtemps non pas méprisés mais écartés des listes.

Et puis, hélas ; il n’y a pas que l’oubli ou la paresse, il y a les opposants à cette mémoire. Il y a les interprétations des faits non exemptes de mauvaises intentions (pour Buchères et Oradour, certains ont montré du doigt les résistants qui ont déclenché la répression « naturelle » des nazis ! ) Et puis, il y a les négationnistes et des groupes néo-nazis dont l’origine est à rechercher dans les fascismes européens avant-guerre. Beaucoup de ces gens sont passés à travers les filets de l’épuration. Certains eurent même après-guerre un rôle important et fabriquèrent de nouvelles générations très antirépublicaines.

On a donc du souci à se faire et notre mémoire à protéger, le courage et le sacrifice de nos héros, nous devons en permanence le mettre en avant. Les 2 Résistants que nous avons honorés à Baudement furent, chacun à leur manière, des chasseurs de bête immonde pendant la guerre. Aussi, la meilleure façon de leur rendre hommage serait sans doute aujourd’hui de s’engager dans la vie communale ou nationale en ayant au coeur les revendications qu’ils avaient formulées dès 1943 dans le fameux Programme du CNR.

Dans tous les cas, la Résistance restera un mot inventé pour refuser de vivre à genoux.

Jean Lefèvre.

(1) La Résistance dans l’Ouest aubois. Présenté déjà dans notre magazine.

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|