“ Le féminisme n’a jamais tué personne. Le machisme tue tous les jours. “ Benoite Groult

L'Humeur
  • DU CYNISME
  • 26 juin 2020,
    par Malicette
  • J’entendais ce matin Jeanne Balibar se payer le ministre de la culture. Elle n’y allait pas à pas feutrés, mais franchement, carrément, dans la gueule. Elle le traitait de cynique, l’accusant d’avoir semé le flou dans ses propositions de relance, (...)

  • Lire la suite
Ecoutez-voir
  • CONFINEMENT PÉCUNIAIRE
  • 26 juin 2020
  • La richesse se veut discrète. Ainsi en va-t-il des riches propriétaires d’oeuvres d’art. Pour les soustraire aux yeux du grouillot inculte et du fisc (...)

  • Lire la suite
Accueil > l’hebdo > 2020 > JUIN 2020 > N° 1605 > CONFINEMENT PÉCUNIAIRE

CONFINEMENT PÉCUNIAIRE

CE QUI NOUS CHATOUILLE & NOUS GRATTOUILLE

vendredi 26 juin 2020 , 38 : visites

La richesse se veut discrète. Ainsi en va-t-il des riches propriétaires d’oeuvres d’art. Pour les soustraire aux yeux du grouillot inculte et du fisc prédateur, il y a des bien mal nommés « ports-francs ». A Genève, par exemple, existe un entrepôt de 150 000 m2, ultra-sécurisé, bunkérisé, où sont stockés en toute discrétion des chefs-d’oeuvre d’art et des antiquités du monde entier, et dont la valeur totale avoisine les cent milliards de dollars. Même dans le monde à l’arrêt d’où nous sortons à peine, le plus grand coffre-fort du monde n’a pas désempli.

Les ports-francs sont des cavernes d’Ali Baba pleines à ras bord de trésors non imposables, accaparés et escamotés par les super-riches.

La « mécanique » de ces lieux de combinards, c’est ceci : à condition qu’ils arrivent de l’étranger et tant qu’ils ne quittent pas la zone franche, il est possible de stocker des biens pour une durée illimitée… sans débourser un fifrelin d’impôt ou de taxe.

Nombreux sont les utilisateurs des ports-francs ayant société offshore sans pignon sur rue et qui louent un box avec ce faux nez. Il y a les ventes aussi : une oeuvre peut être stockée ad infinitum, vendue et revendue à l’envi sans jamais larguer les amarres du port pas très franc ! « Notre métier », dit un marchand d’art, « c’est la confidentialité ». Sacha Guitry séparait les collectionneurs d’art en «  collectionneurs vitrine » et « collectionneurs placard ». Les seconds, ordonnateurs d’une confiscation et d’un confinement pécuniaires de l’art. Pas de voyeurisme jaloux de ma part. Mais la volonté de donner à voir le « voyourisme  » jaloux de personnages enclins à vivre cachés… Sans doute pour vivre heureux, comme dit le proverbe. Mais à nos dépens. Et c’est tout le problème.

LE CAPITAINE TRICASSE

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|