Depuis des années, on nous enlève la production et les équipements pour les amener en Hongrie et en Pologne » David, salarié de Bridgeston Bethune

L'Humeur
  • ON EN APPREND DES CHOSES !
  • 19 juin 2020,
    par Gisèle Malaval
  • Mais qu’est-ce qu’on apprend sur France 2 ? Pendant le confinement près de 5% des enseignants auraient abandonné leur poste ! Ces 5% n’avaient donc pas le droit de garder leurs enfants, de soigner leurs proches, d’avoir des problèmes de connexion en (...)

  • Lire la suite
Ecoutez-voir
  • CE QUI NOUS CHATOUILLE & NOUS GRATTOUILLE
  • 19 juin 2020
  • Racisme. Il faut des drames pour mettre sur le devant de la scène ce fléau endémique. Ainsi est faite la nature humaine qui s’accommode de (...)

  • Lire la suite
Accueil > l’hebdo > 2020 > JUIN 2020 > N° 1604 > PREMIER CINÉMA D’ART ET ESSAI ÉCOLOGIQUE

Cinéma Utopia Pont Sainte Marie

PREMIER CINÉMA D’ART ET ESSAI ÉCOLOGIQUE

PREMIER CINÉMA D’ART ET ESSAI ÉCOLOGIQUE

vendredi 19 juin 2020 , 259 : visites , par LDA

Les cinéphiles, les amateurs de films Art et Essai déplorent depuis des années la maigre diffusion de ces films par le seul cinéma multiplexe CGR. Elles et ils rêvent d’un cinéma autonome, indépendant à l’exemple des cinémas Utopia implantés avec succès à Avignon (depuis 1976), Bordeaux, Toulouse…

Le rêve devient réalité, le réseau Uopia a répondu favorablement à notre demande et décide d’implanter un éco-ciné à Pont-Sainte-Marie dans l’éco-quartier du camp du Moulinet.

Ce projet innovant, exemplaire est porté par Anne Faucon, une première en France, dans la région Grand Est, sur le territoire aubois, quelle fierté !!! C’est « un prototype original, responsable et durable tout entier tourné vers la défense de la diversité et de l’identité culturelle  ». « Modeste de taille, il est le fruit des savoir-faire en constante évolution qui ont assuré la stabilité de nos salles durant près d’un demi-siècle, mais il est, en plus, un prototype environnemental ! »

Premier cinéma à hautes ambitions environnementales

Anne Faucon précise que ce « projet correspond aux aspirations d’une nouvelle génération d’exploitants soucieuse de l’avenir du cinéma et de notre planète. Ce futur cinéma «  avec des coûts de construction resserrés, nous avons visé une ambition environnementale jamais égalée en France, et certainement même au-delà de nos frontières. Premier cinéma à énergie positive aux plus hauts niveaux (E+ niv.4), décarboné (C- niv.2), réalisé avec des matériaux biosourcés, zéro déchet, économe en eau grâce à des toilettes sèches, tellement plus hygiéniques et moins propagatrices de virus que les toilettes humides  »

Un bâtiment modeste, une architecture adaptée.

«  L’apparence extérieure du bâtiment est intemporelle comme s’il avait été là bien avant nous, comme le sont les vieilles fermes ou les vieilles églises qui ne se démodent jamais. L’idée, faute de pouvoir investir des vieilles pierres, comme à Bordeaux ou à Avignon, est de faire du vieux avec du neuf, un lieu qui se patinera avec le temps, qui semblera porteur d’histoire. Certaines fenêtres accueilleront des vitraux (fruits d’une collaboration avec les centres d’apprentissages locaux de la capitale du vitrail). L’omniprésence du bois (bardages, poutres), annonce d’emblée nos choix écologiques forts  ».

Utopia Pont Sainte Marie pour diffuser les films de la diversité

Le constat est évident : En 2019, ce sont encore 200 films Art et Essai qui n’ont pas été diffusés dans l’agglomération troyenne. Pour ceux qui l’ont été, peu de séances et le temps d’exposition court peut expliquer le peu d’entrées, (quelques exemples pour des films sortis à Valence et à Troyes : Sorry we missed you = 1881 entrées à Valence, 175 à Troyes ; Gloria Mundi = 1562 à Valence, 385 à Troyes ; Lourdes = 2516 à Valence, 270 à Troyes ; Un monde plus grand = 2266 à Valence, 483 à Troyes ; Parasite = 4115 à Valence, 1281 à Troyes ; Les hirondelles de Kaboul = 1407 à Valence, 189 à Troyes ; Douleur et Gloire = 2356 à Valence, 781 à Troyes...).

«  Entre les films issus de la diversité laissés-pour-compte et ceux qui sont trop vite retirés de l’affiche, il y a tout à fait de quoi approvisionner un petit cinéma Art et Essai de seulement 298 places. Une sorte de petit voilier qui ne fera pas ombrage à l’immense paquebot CGR. »

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|