“ Le féminisme n’a jamais tué personne. Le machisme tue tous les jours. “ Benoite Groult

L'Humeur
  • APRÈS LE CLOÎTRE
  • 12 juin 2020,
    par Malicette
  • Rester cloîtré m’a tout de même appris beaucoup de choses, comme par exemple de pouvoir rester cloîtré. Se retrouver avec soi. Qu’en faire ? Pas si abandonné que ça sur cette île de la désolation, car, me parviennent les fureurs du monde et la voix (...)

  • Lire la suite
Ecoutez-voir
  • CE QUI NOUS CHATOUILLE & NOUS GRATTOUILLE
  • 12 juin 2020
  • La classe ! Pour sa ré-intronisation, le maire de Troyes avait revêtu un masque Lacoste. Le chic du pommadé mondain jusqu’au bout du nez. Bien (...)

  • Lire la suite

Santé

AGIR POUR DES MESURES D’URGENCES

vendredi 12 juin 2020 , 136 : visites , par LDA

Notre pays s’est trouvé démuni devant l’épidémie par manque de masques, de tests, de lits d’hôpitaux, de respirateurs. Pourtant, les personnels de santé revendiquaient depuis des mois des moyens pour le système public de santé.

Des salariés refusaient les fermetures d’entreprises produisant ce qui nous a manqué. L’épidémie a déclenché un terrible choc sanitaire. Elle a dévoilé la situation désastreuse de la santé publique, des Ehpad et de nos services publics. Elle a révélé la crise d’un capitalisme cupide et ses conséquences sur nos vies. Le PCF propose des mesures d’urgence exceptionnelles.

Et il met en débat les moyens indispensables de leur mise en oeuvre. C’est une nouvelle vision de développement pour le pays qui pourra ainsi se concrétiser sur le long terme.

Pour la santé publique, les hôpitaux publics et les Ephad

Les soignants ne peuvent pas être applaudis tous les soirs et ensuite seulement remerciés par des mots, des promesses non tenues, voire du chantage contre les 35 heures ou le statut public des hôpitaux. À la place des fermetures de lits et des restructurations, un plan national de refondation de l’hôpital public et de la stratégie nationale de santé publique s’impose. L’heure est venue de déconfiner notre colère, de remettre en cause la domination du capital, son pouvoir, ses coûts pour la collectivité. Les décisions d’investissement, de recherche, de localisation des entreprises, mais aussi les choix concernant les services publics ne doivent plus être guidés par la logique égoïste du taux de profit. Le pouvoir doit être arraché des mains d’une classe qui détient l’essentiel des leviers de commande et des outils de création des richesses.

Rendez-vous le 16 juin devant l’hôpital

Le rassemblement départemental du 16 juin à l’appel des organisations syndicales CGT, FO, FSU et Solidaires est l’occasion d’établir un véritable rapport de force avec le gouvernement. La fédération de l’Aube du Parti Communiste Français appelle à se rassembler ce mardi 16 juin à 17H30 devant l’hôpital de Troyes pour soutenir le personnel soignant et les usagers dans leurs combats.

Le PCF propose :

• Un plan massif d’investissement, de créations d’emplois et de revalorisation des salaires (+300 €) et des carrières dans l’hôpital public et les Ehpad (100 000 embauches dans l’hôpital public et 300 000 dans les Ehpad), tout cela prolongé dans la loi de financement de la Sécurité sociale à l’automne 2020.

• Mise en place d’un dispositif national « masques gratuits ». Pour sécuriser l’approvisionnement, une filière de fabrication de masques sur le sol national doit être réorganisée, ainsi qu’une coopération européenne qui mette fin à la « guerre des masques ».

• Un plan de reconquête industrielle dans le domaine du matériel médical et du médicament. Reconstruction d’un pôle public industriel et de recherche comprenant Sanofi, et assurant un service public du médicament. • Augmenter immédiatement les budgets de recherche.

• Les traitements et le futur vaccin doivent être considérés comme des biens publics mondiaux, dont l’accès universel et la sécurité d’approvisionnement soient garantis à tous sur la planète.

• Création d’un service public national décentralisé de la prise en charge de l’autonomie.

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|