Le respect pour la dignité humaine ne se mérite pas, il est une donnée préalable."

Tzvetan Todorov Linguiste

Accueil > Archives > Aube > Tout le département > BUCHERES, CITÉ MARTYRE

BUCHERES, CITÉ MARTYRE

vendredi 31 août 2007 , 6058 : visites , par Jean Lefevre

Chaque année Buchères commémore le martyr des 67 victimes de la barbarie nazie le 24 août 1944.

Comme à Creney, Oradour-sur-glane, Tulle, ou les villages du Vercors et du plateau des Glières, les nazis avant leur retraite, tinrent à semer la mort et l’effroi. Pendant des années après la guerre, la cérémonie resta privée, les maires successifs refusant l’intervention des autorités et surtout des associations d’anciens résistants. Une sorte de " guerre froide " tentait de mettre la cause des horreurs commises par les troupes SS, sur le dos des partisans.

Ce fut le cas à Oradour-sur- Glane pour lequel un certain V. Renouard avait réalisé une cassette vidéo pour justifier militairement la tuerie nazie et mettre en cause la Résistance. L’historien révisionniste écopa de 2 ans de prison.

Lors des cérémonies du 60e anniversaire à Oradour, les édiles prononcèrent de valeureux hommages aux disparus et ce n’est que justice. Mais, comme à Buchères, pendant de longues années, on oublia le combat libérateur de la Résistance. Les noms@des grands Résistants limougeauds, Marcel RIGOUT ou Louis ROUZIER ne furent pas prononcés. Quant à Georges GUINGOUIN, notre ancien concitoyen savinien qui libéra le Limousin et fut préfet de Limoges, son nom ne put sortir d’aucun gosier officiel. Il y a toujours une censure qui s’exerce autour des faits de la Résistance, autour de cette armée populaire en sabots.( [1])

À Buchères ( [2]) le mot Résistance fut banni des discours pendant une soixantaine d’années. Il a fallu le courage du nouveau maire pour solliciter les associations de résistance et les préfets de la République. Il paraît évident maintenant que les troupes d’occupation se moquaient bien d’un coup de feu tiré de derrière un arbre et que leur tactique était de semer la désolation pour faire naître la peur. Ils le firent à Creney en fusillant 49 résistants le 22 août, 2 jours avant Buchères et s’apprêtaient à en fusiller cent autres.

Ce n’est donc pas une balle perdue contre un side-car allemand qui peut justifier la tuerie de Buchères d’autant que les nazis en filant vers l’Est massacrèrent encore 420 personnes dans les 40 autres villages aubois traversés. On se souvient de la fusillade de Bar-sur-Seine à laquelle René Jourd’heuille échappa par miracle. Partout les assassins étaient des SS de l’Afrikakorps ou du 51e Grenadier. Comme le dit Pierre Wuertz, un habitant de Buchères, il n’y a qu’un seul coupable dans cette affaire, le fascisme.

Roger Gallery dans son " Combat des obscurs " écrivait " En condamnant le combat de Buchères on condamne toute la résistance sans exception faisant ainsi le jeu des revanchards de la collaboration. "

Le courage de Daniel Lebeau est un courage citoyen. Il a compris qu’il fallait relier l’événement local à l’histoire globale plutôt que de cultiver les fables anciennes qui divisent les gens et brouillent les cartes historiques. La célébration du sacrifice de ces habitants de l’Aube au cours de la Libération du pays est un ciment social nécessaire pour faire reculer fascisme et racisme, car " le ventre est toujours fécond d’où a surgi la bête immonde ".

P.-S.

La Dépêche de l’Aube N936

Notes

[1À Baudement, le nom du capitaine Hubert Jeanson, fusillé à Creney, ne fut inscrit sur la plaque municipale qu’après bien des hésitations. Aujourd’hui, on ne fait plus de cérémonie officielle sur sa tombe le 22 août. Il était communiste !

[2200 personnes se sont retrouvées autour de la Lanterne des morts ce 24 août pour commémorer le massacre de 67 personnes dont des enfants, le plus jeune ayant 4 mois. Le Préfet de l’Aube et de nombreux élus participèrent à cette douloureuse cérémonie.

10 Messages

  • BUCHERES, CITÉ MARTYRE 22 octobre 2008 23:22, par L’idiot du village

    Aubois depuis peu, passionné d’histoire, j’essaye d’en savoir plus sur le massacre de Buchères.

    C’est ainsi que j’ai "atterri" sur ce site.

    Le récit qui est fait des événements du 24 août 1944 me pose problème.

    Vous faites allusion à "des SS de l’Afrikakorps", or l’Afrikakorps, qui était le "corps expéditionnaire" allemand en Afrique du Nord :

    > d’une part n’a jamais comporté d’unité de la Waffen SS,

    > d’autre part a disparu en Tunisie le 13 mai 1943 lorsque 250.000 soldats allemands et italiens se sont rendus aux alliés.

    Il en va de même pour le mystérieux "51e Grenadier" qui n’apparaît dans aucun ordre de bataille, ni de la Wehrmacht, ni de la Waffen SS.

    Les seules sources mentionnant une éphémère "51. SS Panzergrenadier Brigade" sont toutes basées sur le seul livre de Roger Bruge "1944 Le temps des Massacres, les crimes de la Gestapo et de la 51e Brigade SS".

    Ces imprécisions - elles n’enlèvent rien à l’horreur du massacre - font immanquablement peser le doute sur cette affaire... surtout après lecture du récit qui en est fait dans l’ouvrage de Roger Bruge...

    Votre rédaction a-t-elle mené des investigations sur le déroulement des faits ?

    La Dépêche de l’Aube dispose-t-elle d’archives sur ces évenements ?

    repondre message

    • BUCHERES, CITÉ MARTYRE 27 octobre 2008 16:00, par Jean Lefevre

      Bonjour,

      Il serait bon que vous nous fassiez bénéficier de vos recherches.

      Le journaliste n’a fait que reprendre ce qui est dit chez plusieurs auteurs Bruge, Gallery, Beury ainsi que les témoignages des gens de Buchères. Il est vrai qu’il n’est pas facile de s’y retrouver quand on veut préciser les choses : les sources sont diverses, le secret est encore de mise chez certains.

      La balle est dans le camp des historiens qui ont sur le département de l’Aube un gros travail de recherche à effectuer et qui ne sont pas assez sollicités, croyons nous.

      Quelques personnes s’emploient à recueillir des témoignages, certes fragiles, mais utiles pour les recoupements.

      Même dans la propre famille de l’auteur les avis divergent quand il s’agit d’un événement qu’ils ont vécu ensemble, nous a dit J.Lefèvre.

      repondre message

      • BUCHERES, CITÉ MARTYRE 15 août 2009 23:08, par fred

        bonsoir J ai entendu parler il y a peu des martyrs de bucheres (ce qui m a tout naturellement amené sur votre site).

        Je trouve si evident qu au meme titre que les autres communes de France une commemoration annuelle se fasse.... avec l intelligence du coeur....sans les querelles entre les anciens combattants , les resistants (les vrais) et ceux de la derniere heure souvent plus locaces que ceux qui ont risqué leurs vies avec Courage durant ces années si difficiles.( et je ne m etendrai pas sur le seul courage de certains qui n a consisté qu a tondre des femmes sans aucune sorte de proces ).

        Cependant ce qui me gene c est l "americanisation"des ceremonies. En effet seuls les Nazis ont fait une guerre sale ? Je n ai aucunement l idée de "revisionner" l histoire mais la realité de la guerre peut nous echapper parfois. Les Americains et l armée de Staline n ont pas toujours été fair-play si on y regarde de plus pres.........surtout sur les horreurs perpétrées sur les civils allemands et sans vous faire de dessins pour les femmes allemandes. Je ne m etendrai pas non plus sur hiroshima et nagazaki en ce qui concerne les massacres "gratuit" de populations civils durant ce conflit.... il y a tant a dire vous ne croyez pas ?

        Des hommes et des femmes sont morts............... honnorons leurs memoires quel que soit leurs camps ... ils se sont battus pours leurs Ideaux.....cela ne souffre d aucun jugement .

        fred

        repondre message

        • BUCHERES, CITÉ MARTYRE 20 novembre 2009 00:07, par JJB

          Bonjour à tous,

          J’aimerais apporter une information aux faits tragiques qui se sont déroulés à Buchère.

          Un de mes amis, m’a raconté les faits suivants :

          "Alsacien, ma famille avait été déplacée dans l’Aube pendant la guerre. A la libération, alors adolescent, nous avons assisté, de loin, à l’embuscade tendue par les résistants à Buchère. Ces derniers avaient coupé des arbres et barré la route à l’entrée du village. Lorsque les allemands sont arrivés, les maquisards ont ouvert le feu. Les allemands se sont repliés puis sont revenus avec des renforts et ont commencé à massacrer la population. L’ami m’a dit que l’attaque aurait du être menée dans le village afin de couper la retraite des allemands et non à l’entrée .

          Il n’a pas été témoin des massacres car il s’est enfui lorsque les alemands sont revenus en force.

          Ce qui est intéressant historiquement est la suite.

          Donc mon ami avec un autre jeune est tombé nez à nez sur une colonne allemande qui leur a demandé ce qu’ils faisaient ici. Mon ami a voulu présenter ses papiers mais le soldat ne voulait pas. Mon ami a alors compris la suite qui allait arriver.

          Mais à force d’insister, il a réussi à présenter ses papiers d’identité qui mentionnaient qu’il était né à Mulhouse tout comme le soldat qui le contrôlait, en s’exprimant en français. Il lui a fait remarqué qu’il était alsacien comme lui. Il est allé voir son chef puis est revenu et lui a dit qu’il pouvait partir.

          Mon ami a du alors remonter la colonnne allemande SS constituée de de camions camouflés de branchages et de side-cars Il s’agissait bien de SS et ceux-ci étaient sur le qui-vive, les armes prêtes à tirer.

          Il s’attendait à prendre un rafale dans le dos mais personne n’a tiré.

          J’ai reparlé récemment de cette histoire tragique et puis par esprit de curiosité, je viens d’aller sur le Net et de découvrir ce forum.

          On peut donc penser que ces SS appartenaient à une division recrutant des alsaciens, donc la triste Das Reich connue pour ce genre d’exécutions sommaires de population au cours de leur retraite de France.

          Si vous souhaitez plus d’informations, je demanderai à cet ami s’il veut en communiquer, étant entendu que le souvenir de ces faits sont encore douloureux à raconter. C’est seulement la deuxième fois qu’il m’en parle en 20 ans.

          repondre message

          • BUCHERES, CITÉ MARTYRE 20 novembre 2009 09:54, par Jean Lefevre

            Bonjour, Merci pour votre intéressante contribution. Tous les éléments que vous pourriez nous communiquer seront les bienvenus. Nous nous apercevons que bien des documents dorment encore et dans les mémoires et dans les tiroirs. Nous venons d’en faire l’expérience avec la biographie de Marguerite Flavien-Buffard, héroïne de la Résistance dont on ne connaissait presque rien, avant qu’un historien caennais n’entreprenne une véritable enquête riche en découvertes. Vous pouvez aussi nous envoyer cette contribution au siège du journal. J.L.

            repondre message

            • BUCHERES, CITÉ MARTYRE 20 novembre 2009 16:52, par JJB

              Bonjour,

              Je ne pensais pas avoir une réponse aussi rapide.

              Je vais contacter cet homme qui doit avoir dans les 85 ans et recueillir des informations précises. Enfin, j’espère qu’il aura envie de communiquer car bien des personnes qui ont vécu ce genre de situation préfèrent oublier ce traumatisme.

              Sinon, pouvez vous effacer mes erreurs de manipulations informatiques qui font que mon texte parait trois fois à la suite.

              Par ailleurs, si j’ai bien compris, vous travaillez au journal " La dépêche de l’Aube " ?

              Si c’est le cas, pourquoi ne pas prendre directement contact avec ce témoin de l’histoire, si toutefois il y consent ?

              Dans l’attente de votre réponse, je vous souhaite une bonne soirée.

              JJB .

              repondre message

              • BUCHERES, CITÉ MARTYRE 21 novembre 2009 10:46, par Jean Lefevre

                Bonjour, Je suis comme vous mauvais manipulateur d’Internet, mais je vais essayer de corriger le défaut de redondance avec l’animateur du site. Vous pouvez me donner les coordonnées de ce témoin à la DA 03 25 73 43 40 aux heures d’ouverture. (sinon à mon adresse mail : lefevrejean@wanadoo.fr) Cordialement.

                repondre message

                • BUCHERES, CITÉ MARTYRE 7 décembre 2009 19:36, par JJB

                  Bonjour,

                  J’ai de nouveau rencontré cet homme qui avait 18 ans lors des faits que j’ai reportés

                  Il accepte le principe de prendre contact avec vous pour vous comuniquer ce qu’il sait. Comme je l’avais précisé, il n’a pas été témoin des exécutions des civils. Néanmoins, il est en possession de certains informations compte tenu qu’il était sur le secteur.

                  Je vous joindrai prochainement au journal.

                  Bonne soirée.

                  JJB

                  repondre message

        • BUCHERES, CITÉ MARTYRE 20 novembre 2009 00:11, par JJB

          Bonjour à tous,

          J’aimerais apporter une information aux faits tragiques qui se sont déroulés à Buchère.

          Un de mes amis, m’a raconté les faits suivants :

          "Alsacien, ma famille avait été déplacée dans l’Aube pendant la guerre. A la libération, alors adolescent, nous avons assisté, de loin, à l’embuscade tendue par les résistants à Buchère. Ces derniers avaient coupé des arbres et barré la route à l’entrée du village. Lorsque les allemands sont arrivés, les maquisards ont ouvert le feu. Les allemands se sont repliés puis sont revenus avec des renforts et ont commencé à massacrer la population. L’ami m’a dit que l’attaque aurait du être menée dans le village afin de couper la retraite des allemands et non à l’entrée .

          Il n’a pas été témoin des massacres car il s’est enfui lorsque les alemands sont revenus en force.

          Ce qui est intéressant historiquement est la suite.

          Donc mon ami avec un autre jeune est tombé nez à nez sur une colonne allemande qui leur a demandé ce qu’ils faisaient ici. Mon ami a voulu présenter ses papiers mais le soldat ne voulait pas. Mon ami a alors compris la suite qui allait arriver.

          Mais à force d’insister, il a réussi à présenter ses papiers d’identité qui mentionnaient qu’il était né à Mulhouse tout comme le soldat qui le contrôlait, en s’exprimant en français. Il lui a fait remarqué qu’il était alsacien comme lui. Il est allé voir son chef puis est revenu et lui a dit qu’il pouvait partir.

          Mon ami a du alors remonter la colonnne allemande SS constituée de de camions camouflés de branchages et de side-cars Il s’agissait bien de SS et ceux-ci étaient sur le qui-vive, les armes prêtes à tirer.

          Il s’attendait à prendre un rafale dans le dos mais personne n’a tiré.

          J’ai reparlé récemment de cette histoire tragique et puis par esprit de curiosité, je viens d’aller sur le Net et de découvrir ce forum.

          On peut donc penser que ces SS appartenaient à une division recrutant des alsaciens, donc la triste Das Reich connue pour ce genre d’exécutions sommaires de population au cours de leur retraite de France.

          Si vous souhaitez plus d’informations, je demanderai à cet ami s’il veut en communiquer, étant entendu que le souvenir de ces faits sont encore douloureux à raconter. C’est seulement la deuxième fois qu’il m’en parle en 20 ans.

          repondre message

      • BUCHERES, CITÉ MARTYRE 19 novembre 2009 23:56, par JJB

        Bonjour à tous,

        J’aimerais apporter une information aux faits tragiques qui se sont déroulés à Buchère.

        Un de mes amis, m’a raconté les faits suivants :

        "Alsacien, ma famille avait été déplacée dans l’Aube pendant la guerre. A la libération, alors adolescent, nous avons assisté, de loin, à l’embuscade tendue par les résistants à Buchère. Ces derniers avaient coupé des arbres et barré la route à l’entrée du village. Lorsque les allemands sont arrivés, les maquisards ont ouvert le feu. Les allemands se sont repliés puis sont revenus avec des renforts et ont commencé à massacrer la population. L’ami m’a dit que l’attaque aurait du être menée dans le village afin de couper la retraite des allemands et non à l’entrée .

        Il n’a pas été témoin des massacres car il s’est enfui lorsque les alemands sont revenus en force.

        Ce qui est intéressant historiquement est la suite.

        Donc mon ami avec un autre jeune est tombé nez à nez sur une colonne allemande qui leur a demandé ce qu’ils faisaient ici. Mon ami a voulu présenter ses papiers mais le soldat ne voulait pas. Mon ami a alors compris la suite qui allait arriver.

        Mais à force d’insister, il a réussi à présenter ses papiers d’identité qui mentionnaient qu’il était né à Mulhouse tout comme le soldat qui le contrôlait, en s’exprimant en français. Il lui a fait remarqué qu’il était alsacien comme lui. Il est allé voir son chef puis est revenu et lui a dit qu’il pouvait partir.

        Mon ami a du alors remonter la colonnne allemande SS constituée de de camions camouflés de branchages et de side-cars Il s’agissait bien de SS et ceux-ci étaient sur le qui-vive, les armes prêtes à tirer.

        Il s’attendait à prendre un rafale dans le dos mais personne n’a tiré.

        J’ai reparlé récemment de cette histoire tragique et puis par esprit de curiosité, je viens d’aller sur le Net et de découvrir ce forum.

        On peut donc penser que ces SS appartenaient à une division recrutant des alsaciens, donc la triste Das Reich connue pour ce genre d’exécutions sommaires de population au cours de leur retraite de France.

        Si vous souhaitez plus d’informations, je demanderai à cet ami s’il veut en communiquer, étant entendu que le souvenir de ces faits sont encore douloureux à raconter. C’est seulement la deuxième fois qu’il m’en parle en 20 ans.

        repondre message

Répondre à cet article

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|