Depuis des années, on nous enlève la production et les équipements pour les amener en Hongrie et en Pologne » David, salarié de Bridgeston Bethune

L'Humeur
  • Culture municipale
  • 13 mars 2020,
    par Malicette
  • La culture est un sujet rarement abordé lors des municipales, bien que nous soyons tous bâtis, pétris de culture et que, nous en nourrir, soit en permanence nécessaire. La culture c’est d’ailleurs une sorte de ciment social, sauf que ce sont les plus (...)

  • Lire la suite
Ecoutez-voir
  • CE QUI NOUS CHATOUILLE & NOUS GRATTOUILLE
  • 13 mars 2020
  • On vit une époque formidable. Les scientifiques déchirent les horizons de savoirs que l’on croyait finis. Les techniciens – praticiens transmutent le (...)

  • Lire la suite
Accueil > l’hebdo > 2020 > MARS 2020 > N° 1590 > Coronavirus

Coronavirus

LA SANTÉ, NOTRE RESPONSABILITÉ COMMUNE

vendredi 13 mars 2020 , 336 : visites

L’épidémie de coronavirus vient montrer que ni les systèmes sanitaires nationaux, ni les appareils de production ne sont à la hauteur. On voit poindre ici des pénuries de médecins, de lits d’hôpital ; là, le manque de médicaments, de masques et même de gel hydroalcoolique.

L’heure n’est plus à la mondialisation heureuse. Être connecté à la planète entière a ses avantages. Les œuvres culturelles, les savoirs et les hommes traversent les frontières. Mais aussi les maladies. Cela appelle à une responsabilité commune : la santé est une affaire planétaire. Et heureusement que, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, se créa l’Organisation mondiale de la santé, qui est aujourd’hui le lieu où se discute le moyen de juguler la pandémie qui vient.

Cela n’est pas suffisant : l’épidémie de coronavirus vient montrer que ni les systèmes sanitaires nationaux, ni les appareils de production ne sont à la hauteur. On voit poindre ici des pénuries de médecins, de lits d’hôpital, de médicaments, de masques et même de gel hydroalcoolique. Nos dirigeants semblent faire un pas en arrière en matière de libre-échange, prenant conscience que certaines productions stratégiques ne peuvent plus être délocalisées à l’autre bout du monde pour bénéficier d’une main-d’œuvre à bas coût. De même, alors que la baisse des déficits a servi de dogme aux néolibéraux, voici que la Commission européenne accepte de laisser filer (un peu) le déficit de l’Italie.

La coopération et l’humanité doivent rester notre boussole

Ces bonnes inspirations perdureront-elles une fois la crise sanitaire passée ? Pas si sûr. Ces conceptions peuvent s’inscrire dans le projet protectionniste d’une certaine droite qui veut favoriser le capital national, tout en se gardant de remettre en cause la course aux profits et la concurrence entre nations ou entre continents. Cette droite en pleine ascension en Europe et qui prend le relais des néolibéraux accompagne souvent son discours d’un appel à la fermeture des frontières afin de flatter une partie de l’électorat. Et c’est cette même droite qui entend retirer la couverture médicale à des migrants qui coûteraient trop cher. Au contraire, pour faire face au coronavirus comme aux autres enjeux planétaires, la responsabilité commune, la coopération et l’humanité doivent rester notre boussole.

La crise du coronavirus possède aussi une double face : elle conduit à d’impressionnants rapprochements internationaux, notamment avec les acteurs chinois, dans le domaine de la santé, de la prévention et de la recherche pour la mise au point la plus rapide possible d’un vaccin. Elle pourrait être, à l’avenir, à condition de tirer enseignement du désastre libéral, un facteur de rapprochement et de coopération bien plus large, si nécessaire à la mise en place d’une autre mondialisation, bénéfique à tous.

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|