“La liberté ce n’est pas l’espoir de l’avenir. C’est le présent et l’accord avec les êtres et le monde dans le présent.” Albert Camus

L'Humeur
  • VIVE NOTRE CENTENAIRE !
  • 24 janvier 2020
  • La Dépêche aura cent ans le 7 décembre prochain. Si elle a toujours bon pied, bon oeil, toujours vivante et pétillante, c’est beaucoup grâce à ses lecteurs et à la fidélité des militants communistes qui l’ont tenue souvent à bout de bras. Pensez à la (...)

  • Lire la suite
Ecoutez-voir
  • CE QUI NOUS CHATOUILLE & NOUS GRATTOUILLE
  • 24 janvier 2020
  • Et un... Et deux... L’homme et la femme les plus riches du monde sont français. Cocorico ! Et merci Macron. Bernard Arnault (LVMH) et Françoise (...)

  • Lire la suite
Accueil > l’hebdo > 2020 > Janvier 2020 > N°1583 > VIVE NOTRE CENTENAIRE !

VIVE NOTRE CENTENAIRE !

vendredi 24 janvier 2020 , 142 : visites

La Dépêche aura cent ans le 7 décembre prochain. Si elle a toujours bon pied, bon oeil, toujours vivante et pétillante, c’est beaucoup grâce à ses lecteurs et à la fidélité des militants communistes qui l’ont tenue souvent à bout de bras. Pensez à la période de la guerre quand elle était clandestine puisque interdite par l’occupant !

Alors que la droite du “Bloc national” régnait (en 1920) et faisait voter l’interdiction de la contraception et de l’avortement pour repeupler la France, la Dépêche entrait en guerre pour la paix, contre l’occupation de la Ruhr (1923) ou contre la guerre du Rif au Maroc (1925), plutôt une guerre contre Abdelkrim qui avait créé une vraie république de tribus confédérées.

On sortait alors de la Grande Guerre qui fut aussi la Grande Faucheuse. Les anciens combattants criaient leur refus des massacres. Ils voulaient au contraire construire un monde pacifiste, coopératif et social. Dès le Congrès de Tours, ils organisèrent une mini-société politico-syndicalo-coopérative avec oeuvres sociales et magasins bon marché. Ils créent alors des organismes où étaient mêlés édition et oeuvres sociales (Coopé la Laborieuse). Une imprimerie, l’Émancipatrice, fermait la marche ce qui pouvait faire penser à l’ébauche d’une « société communiste ».

Notre Dépêche fut donc, dès ses premiers jours, un journal des travailleurs, allié d’ailleurs avec les forces syndicales de la CGTU. On y vit au premier rang Adrien Gennevois, Charles Doucet, Lucien Planson, Marcel Cuny ou Henri Oudin, premier secrétaire du parti.

Ce sont leurs descendants qui créèrent la Sécu (Croizat), le statut des fonctionnaires (Thorez), le vote des femmes (Grenier). Rebelles efficaces, insoumis unitaires, les amis de La Dépêche de l’Aube peuvent fêter leur Centenaire avec émotion et gratitude.

Jean LEFEVRE

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|