“J’ai appris au fil du temps que, quand nous sommes fermement résolus, notre peur diminue.” Rosa Parks

L'Humeur
  • LES DOIGTS SALES
  • 20 décembre 2019,
    par Malicette
  • La liste des gens pris le doigt dans le pot de confitures s’allonge. Après Strauss-Kahn, Sarkozy, les Balkany, Cahuzac, Le Pen, Bayrou, Belloubet, Riester... voici Delevoye. Mais, nouveauté abracadabrantesque, le petit dernier aux doigts sales est (...)

  • Lire la suite
Ecoutez-voir
  • CE QUI NOUS CHATOUILLE & NOUS GRATTOUILLE
  • 20 décembre 2019
  • Les cliniques qui réclament abusivement 30 euros à leurs patients ont été sanctionnées par la Direction des fraudes. Qu’importe, elles continuent à (...)

  • Lire la suite
Accueil > l’hebdo > 2019 > Décembre 2019 > N° 1578 > Troyes Champagne Métropole

Troyes Champagne Métropole

tout se passe comme s’il ne se passait rien !

vendredi 20 décembre 2019 , 245 : visites

Dans l’assemblée intercommunale qui décide des orientations politiques qui concernent directement la vie quotidienne de plus de la moitié de la population auboise, tout se passe comme s’il ne se passait rien.

Lors des orientations budgétaires de Troyes Champagne Métropole, Anna Zajac a tenté d’ouvrir un débat politique de fond sur les enjeux sociaux et de développement durable dans une assemblée qui en manque cruellement. Le débat politique est aseptisé, tout se règle en amont sous la baguette mouchetée des hommes de Sa Majesté. Mais il suffit de regarder les résultats des derniers scrutins pour se convaincre que le département de l’Aube n’est pas monocolore et que les convictions politiques sont bien réelles. Tout cela devrait se retrouver dans le débat ou, à tout le moins, le susciter. Les souffrances sociales sont bien là, l’aspiration à plus de service public, au développement durable, n’est pas une vue de l’esprit. Il suffit d’interroger son voisin ou son collègue de travail, ou d’écouter les milliers de manifestant.e.s qui défilent actuellement contre la casse de notre système de retraite, pour s’apercevoir qu’il y a des attentes profondes chez les aubois. Et bien non ! TCM demeure une simple chambre d’enregistrement de la politique conservatrice de Sa Majesté François Baroin. On se croirait à la cour, et cela ne peut plus durer ! “Écoutez ce que réclame l’immense majorité de la population” Alors merci à notre camarade Anna Zajac, qui seule fait entendre dans cette assemblée assoupie la voix de ceux qui luttent, de ceux qui souffrent, de ceux qui veulent voir TCM se mettre en phase avec les aspirations populaires : « Écoutez ce que réclame l’immense majorité de la population face aux difficultés pour “joindre les deux bouts” chaque mois, celles et ceux qui subissent la précarité, la pauvreté, qui désespèrent de ne pas pouvoir vivre dignement de son travail, lorsque en a un, alors qu’une infime minorité continue de se gaver de manière totalement indécente. L’injustice sociale est flagrante et inacceptable, il devient de plus en plus urgent de réorienter les politiques publiques à tous les niveaux dont celles de l’agglomération TCM afin de prendre en considération la réalité et la diversité des besoins de la population. » Les questions liées aux mobilités, au transport public collectif et à sa gratuité, au développement des réseaux, cyclable et piétonnier, sont au coeur du débat public. Le réchauffement climatique est une réalité qui n’est plus contestée. Il est aujourd’hui criminel de ne pas prendre au niveau de la collectivité des mesures indispensables pour réduire les gaz à effet de serre, les pollutions. François Baroin balaie ce débat d’un revers de main : « Ce n’est pas d’actualité… » Affaire de gros sous. Et pourtant, TCM va poursuivre l’investissement pour la création et l’extension d’établissement supérieurs, dont ce n’est pas une compétence obligatoire, pour un montant de 4 millions d’euros, et des participations partenariales pour le développement de l’enseignement supérieur à hauteur de 3,7 millions d’euros. Des établissements privés dans lesquels il y a peu d’Aubois et qui demandent des frais d’inscription énormes. De gratuité des transports collectifs, il n’y aura pas sur l’agglomération Troyenne, tout comme il n’y aura pas de prise en compte du quotient familial dans la restauration scolaire dans les écoles Troyennes… ni de beaucoup d’autres mesures d’intérêt général Du moins tant que François Baroin sera le maitre ! Les futures élections du mois de mars doivent nous permettre de rebattre les cartes.

J P CORNEVIN

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|