ceux qui prétendent que l’injustice est inévitable oublient qu’elle ne l’est que parce que trop de gens leur ressemblent.”Edmond ROSTAND

L'Humeur
  • TOUS PAREILS !
  • 28 novembre 2019
  • L’armée expose ses militaires qui marchent au pas, le petit doigt sur la couture du pantalon. Les religions dissimulent les femmes sous des cornettes ou des burkas. De quel obscurantisme se réclament les adeptes de l’uniforme à l’école ? S’agit-il (...)

  • Lire la suite
Accueil > l’hebdo > 2019 > NOVEMBRE 2019 > N° 1575 > Fabien ROUSSEL

Fabien ROUSSEL

jeudi 28 novembre 2019 , 41 : visites , par LDA

Fabien Roussel, secrétaire national du PCF, a exposé la réforme alternative des communistes. Il demande au gouvernement de l’examiner et invite la gauche à en discuter le 11 décembre.

Extraits d’une interview parue dans L’Humanité du 25/11/2019

Vous appelez à la mobilisation du 5 décembre, quels sont vos griefs contre la réforme des retraites du gouvernement ?

Fabien Roussel : De la dizaine de réformes conduites en trente ans, celle-là est certainement la pire. Elle casse complètement le système de solidarité et impliquera pour tous de travailler plus. Avec ce système où le montant des pensions ne serait pas défini à l’avance puisque la valeur du point pourrait varier d’une année sur l’autre, le gouvernement veut nous pousser à souscrire à des retraites par capitalisation. C’est le coeur de cette réforme : casser notre modèle pour orienter les Français vers des assurances privées. [...]

Le Conseil national du PCF a validé [un] projet de réforme. Vous proposez un régime “unifié” et plus simple : quels droits ouvriraitil pour tous ?

F.R. : Le gouvernement martèle que l’existence de 42 régimes crée des injustices. Mais ceux qui subissent l’injustice sont ceux qui n’ont pas un régime leur permettant de partir à 55 ans, quand les travaux sont pénibles, ou à 60 ans avec une pension suffisante et garantie. Nous voulons, nous, un régime unifié par le haut. La France produit suffisamment de richesses pour cela.

Comment proposezvousde pérenniser le système par répartition alors que la durée de vie augmente ?

F.R. : Le gouvernement ne cesse de répéter que nous sommes passés de 4 actifs pour 1 retraité à 2 pour 1. Or, dans le même temps, entre 1960 et 2000, le PIB a été multiplié par 4. Selon les projections disponibles, la production de richesses doublera presque d’ici à 2040. Pour pérenniser le système solidaire par répartition, il faut augmenter la part de richesses que nous y consacrons. Le gouvernement veut plafonner ce financement à 14% du PIB, nous pensons qu’il faut le porter à 17%. Mais, outre la répartition des richesses, il faut changer leur mode de production. Le système de retraites que nous proposons, par son financement, est révolutionnaire. Il permet non seulement de répondre à l’allongement de la durée de la vie, mais propose aussi un nouveau modèle économique respectueux des salarié.e.s et de la planète grâce à une modulation des cotisations.

Comment fonctionnerait un tel système ?

F.R. : Les aides publiques sans contrepartie, comme le Cice et toutes les exonérations de cotisations, qui nous coûtent 66 milliards par an, seraient supprimées pour que les cotisations financent bel et bien le système de retraites. Celles-ci seraient alourdies pour les entreprises qui délocalisent, embauchent des intérimaires au lieu de CDI, ne forment pas leurs salarié.e.s ou ne respectent pas les objectifs environnementaux. Au contraire, celles qui répondent aux objectifs écologiques et sociaux cotiseraient normalement, mais seraient accompagnées dans leurs investissements par des prêts à taux 0%. Nous estimons qu’en cinq ans, 50 à 70 milliards peuvent ainsi être apportés au financement de notre système de retraites. Mais c’est aussi l’un des leviers pour changer notre modèle économique : Emmanuel Macron a fait la leçon aux ouvriers de Whirlpool à Amiens [...], c’est indécent, alors qu’il a fait la preuve de l’incapacité du capitalisme à répondre à l’impératif social et écologique de la relocalisation de la production.

Quels autres leviers de financement défendezvous  ?

F.R. : Les revenus financiers - 298,8 milliards d’euros en 2018 - doivent contribuer au même taux que les cotisations employeurs, soit 10,45%. L’égalité salariale femmes-hommes apporterait 6 milliards d’euros à la caisse des retraites : avec une loi contraignante, l’objectif peut être atteint en deux ans. Enfin, il y a la hausse des salaires. Nous demandons au premier ministre d’organiser une conférence sociale salariale pour, qu’à la date du 1er janvier, le Smic augmente de 20%. C’est réparer une injustice, et apporter de nouvelles ressources pour les retraites. [...]

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|