ceux qui prétendent que l’injustice est inévitable oublient qu’elle ne l’est que parce que trop de gens leur ressemblent.”Edmond ROSTAND

L'Humeur
  • TOUT EST POLITIQUE
  • 21 novembre 2019,
    par Malicette
  • L’UpopAube a invité M. Cicolella, un chimiste toxicologue, président du Réseau Environnement Santé, qui dénonça tout ce que le monde moderne a semé sur sa route pour empoisonner les gens en perturbant nos endocrines, ces bonnes petites distributrices de (...)

  • Lire la suite
Ecoutez-voir
  • CE QUI NOUS CHATOUILLE & NOUS GRATTOUILLE
  • 21 novembre 2019
  • Adolphe Thiers a fait oeuvre préventive en massacrant les Communards, sinon « nous aurions eu Lénine maire de Paris... et président de la République (...)

  • Lire la suite
Accueil > l’hebdo > 2019 > NOVEMBRE 2019 > N°1574 > Inégalités

Inégalités

cinq milliards de plus dans la poche des riches

jeudi 21 novembre 2019 , 143 : visites , par LDA

L’Insee confirme que les réformes fiscales faites en 2018 ont profité pleinement aux plus riches, qui ont gagné 790 euros par an de niveau de vie, contre 130 euros à 210 euros pour les autres.

Un coup de pouce de plus de 10 000 euros par an aux plus aisés. En multipliant les cadeaux fiscaux en 2018, le président des riches n’a pas déçu, a confirmé l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) avec la publication de son portrait social de la France. Balayant les effets de l’ensemble des mesures fiscales et sociales appliquées l’an dernier, sans toutefois inclure les mesures gilets jaunes, l’institut est formel : « Les 10% de personnes les plus aisées [dont les revenus sont supérieurs à 57 120 euros - ndlr] bénéficient d’un gain en niveau plus important que les autres. » Pour cette catégorie, le gain moyen est de 790 euros par an, contre 130 euros pour les personnes vivant avec moins de 8 400 euros, et 260 euros pour l’ensemble de la population. Et cela, grâce à la transformation de l’impôt sur la fortune par l’impôt sur la fortune immobilière. Une faveur présidentielle qui a permis à 350 000 foyers d’augmenter leur revenu disponible de « 3,44 milliards d’euros », soit une hausse moyenne de 9 770 euros. Un gain près de quatre fois supérieur au feu le bouclier fiscal de Nicolas Sarkozy. À cela s’ajoute 1,4 milliard d’euros de la mise en place du prélèvement forfaitaire unique qui vise à plafonner la fiscalisation des revenus de placement à 30%. Avec à la clé un gain moyen de 270 euros par an pour les 10% les plus aisés et de 460 euros pour ceux faisant partie des 5% les plus riches. « Cet effet serait même concentré au sein du 1% les plus aisés », note l’Insee dans ses références, sans toutefois pouvoir communiquer le montant du cadeau.

Les mesures “Gilets jaunes” ne compensent pas les cadeaux aux riches

Si ces deux mesures calibrées pour les détenteurs de capitaux ont donc fait gonfler les revenus des plus riches, il en va tout autrement des autres mesures fiscales ou des prestations sociales censées rendre du pouvoir d’achat aux plus pauvres. La baisse de la taxe d’habitation de 30% (gain annuel moyen :170 euros), la revalorisation de la prime d’activité, des minima sociaux (220 euros) ou encore les baisses de cotisations sociales (80 euros), le chèque énergie (30 euros), sont venus compenser la réforme de l’aide au logement (perte moyenne de 60 euros) et celle sur les prestations familiales, notamment avec les modifications apportées à l’allocation de base pour la prestation d’accueil du jeune enfant (- 270). Avec donc, au total, « un effet limité sur les inégalités ».

Les mesures “Gilets jaunes” annoncées par le gouvernement en décembre et janvier - annulation des hausses de taxe carbone (3 milliards d’euros rien que pour 2019), retour à un taux de CSG de 6,6% pour certains retraités (1,3 milliard), défiscalisation des heures supplémentaires (plus de 3 milliards), revalorisation et élargissement de la prime d’activité (2,3 milliards), pour un total de 10 milliards d’euros - ne devraient pas inverser cette tendance très favorable plus riches. Selon l’OFCE, ces mesures représenteraient un gain moyen de 440 euros par ménage. Mais ce rééquilibrage vers les classes moyennes ne pourra jamais compenser les cadeaux faits aux plus riches au tout début du quinquennat avec la fin de l’ISF additionnée au prélèvement forfaitaire unique.

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|