Madame la misère écoutez le tumulte / Qui monte des bas-fonds comme un dernier convoi / Traînant des mots d’amour avalant les insultes / Et prenant par la main leurs colères adultes / Afin de ne les perdre pas.” Léo Ferré

L'Humeur
  • DE GUY CURE
  • 12 juillet 2019
  • On sait bien que l’Éducation nationale est au centre de bien des contradictions. Espoirs des parents, pressions de la société sur les enseignants, besoins de main d’oeuvre qualifiée, mais aussi réduction des dépenses pour les services publics, crainte (...)

  • Lire la suite
Ecoutez-voir
  • CE QUI NOUS CHATOUILLE & NOUS GRATTOUILLE
  • 12 juillet 2019
  • Un petit rien. Au G20, où des chefs d’états qui ne peuvent pas s’encadrer jouent les faux-culs avant de trinquer à la santé du capitalisme, Poutine a (...)

  • Lire la suite
Accueil > l’hebdo > 2019 > JUILLET 2019 > N° 1555 > Un oeil sur l’actualité sur département

Un oeil sur l’actualité sur département

Romilly-sur-Seine - Vidéosurveillance

vendredi 12 juillet 2019 , 113 : visites

Au dernier Conseil municipal, la majorité d’Éric Vuillemin a voté l’installation de vingt caméras supplémentaires de vidéosurveillance.

Pour les élu.e.s communistes et partenaires, Dany Bouteiller a fait les observations suivantes :

« Nous voterons en cohérence avec nos positions antérieures sur cette question. D’ailleurs, votre délibération énonce clairement, comme un constat d’échec, que la vidéosurveillance ne fait que "renforcer le sentiment de sécurité" sans garantie sur le résultat en matière de lutte contre les actions délictueuses. C’est tout à fait compréhensible puisque depuis plusieurs années, nous dénonçons l’inutilité d’un dispositif qui aura coûté très cher aux contribuables romillons. Le taux d’utilité aux enquêtes comme le taux de participation à l’élucidation des voies de fait reste très faible.

Son déploiement est, tout entier, lié à la montée de l’idéologie sécuritaire alors que d’autres choix sont possibles. Son succès n’est pas à chercher du côté de l’efficacité, mais tient au couplage entre une injonction politique et des incitations financières (depuis 2007, l’État et les collectivités locales ont développé des modalités de financements publics pour aider les communes à s’équiper). Ce sont donc politisation, médiatisation et commercialisation qui expliquent le succès.

Par ailleurs, la vidéosurveillance est utilisée comme une réponse pour calmer colère et inquiétude, mais le calcul politique n’est rentable qu’à court terme ; d’une part, parce que la demande de caméras risque d’être sans fin, et d’autre part parce que finalement, et nous le constatons, le sentiment d’insécurité ne sera pas impacté. Dans les faits, elle n’arrête ni les délinquants, ni les incivilités.

La prévention, l’aide aux familles en difficultés, le recrutement et la présence humaine seraient à notre avis, plus efficace. Les études d’évaluation montrent que l’utilité de la vidéosurveillance est faible, pour ne pas dire dérisoire (entre 0 et 2% de faits repérés ou élucidés). Alors, nous posons la question de l’intérêt de ces centaines de milliers d’euros investis, en comparaison avec d’autres choix financiers possibles pour développer la tranquillité publique ».

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|