Madame la misère écoutez le tumulte / Qui monte des bas-fonds comme un dernier convoi / Traînant des mots d’amour avalant les insultes / Et prenant par la main leurs colères adultes / Afin de ne les perdre pas.” Léo Ferré

L'Humeur
  • DE GUY CURE
  • 28 juin 2019
  • Si on veut une preuve récente de l’efficacité du privé, il n’est que de voir la mort programmée de Belfort. Le gouvernement veut brader Aéroports de Paris. C’est une région étiquetée « de gauche » qui brade même le patrimoine culturel : l’abbaye de Pontigny (...)

  • Lire la suite
Ecoutez-voir
  • CE QUI NOUS CHATOUILLE & NOUS GRATTOUILLE
  • 28 juin 2019
  • Plus forts que Victor Hugo. Sa pièce Cromwell (1827), fresque historique romantique, injouable sur scène pour sa longueur (près de 7 000 vers), n’a (...)

  • Lire la suite
Accueil > l’hebdo > 2019 > JUIN 2019 > La dépêche N°1553 > CE QUI NOUS CHATOUILLE & NOUS GRATTOUILLE

CE QUI NOUS CHATOUILLE & NOUS GRATTOUILLE

mélanger les couleurs

vendredi 28 juin 2019 , 37 : visites

Plus forts que Victor Hugo. Sa pièce Cromwell (1827), fresque historique romantique, injouable sur scène pour sa longueur (près de 7 000 vers), n’a que cinq actes. Plus forts qu’Hugo, les gilets jaunes, ont interprété, le week-end dernier, leur Acte XXXII, fidèles à leurs chasubles de nylonoïde fluo, dazibaos au dos.

J’ai depuis l’Acte I rond-pointiste de l’automne dernier, bien de l’embarras à extraire, de cette lame de fond protéiforme, l’huile de progrès social qui pourrait graisser les engrenages d’une mécanique anti-systémique. L’adversaire au pouvoir semble l’avoir compris et, produisant son quota hebdomadaire de « gueules cassées », laisse finalement ouvert le goutte-à-goutte lancinant des « actes ».

Certes, bien des revendications sont légitimes, nécessaires même. C’est leur force que les GJ dilapident dans l’éparpillement, en premier lieu dans leurs rangs, et dans des actions qui leur font manquer la cible. À chaque coup, chaque quille ! La spontanéité du début n’explique plus la persévérance dans l’errance d’aujourd’hui. « Errare humanum est, perseverare diabolicum », l’erreur est humaine mais persévérer est diabolique.

Le patronat observe benoîtement. Les profits sont à la hausse. Les paniques de 1936, 1945 ou 1968 sont loin. Leurs acquis, longtemps grignotés, Macron finit le travail à la masse. Le pouvoir n’est pas encore dans la rue, ni dans les entreprises et c’est là où le bât blesse. Le progrès social se conquiert dans les lieux de vie et dans les lieux de travail. Dissocier l’un de l’autre, malgré les mains tendues, au motif d’on ne sait trop quelle « indépendance  » est une faute grave. À trop vouloir jouer perso, on finit par perdre le match. Les leitmotivs jaunes hebdomadaires de contestation à reculons doivent faire place à l’offensive. Pour cela : mélanger les couleurs.

LE CAPITAINE TRICASSE

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|