Madame la misère écoutez le tumulte / Qui monte des bas-fonds comme un dernier convoi / Traînant des mots d’amour avalant les insultes / Et prenant par la main leurs colères adultes / Afin de ne les perdre pas.” Léo Ferré

L'Humeur
  • DE MALICETTE
  • 21 juin 2019
  • « Les petits garçons en bleu et les petites filles en rose. Tout le monde en rang et personne ne bronche. Vous voilà, chers enfants, tous égaux dans le meilleur des mondes de l’école et à l’abri des fureurs du siècle ». Ainsi pourraient s’exprimer MM. (...)

  • Lire la suite
Ecoutez-voir
  • CE QUI NOUS CHATOUILLE & NOUS GRATTOUILLE
  • 21 juin 2019
  • Évidemment, l’affaire n’est pas dans le sac. Ni pour le grand capital privé, depuis longtemps, moteurs hurlants en bout d’une piste qu’il croyait (...)

  • Lire la suite

Mémoire

Maquis de Rigny-la-Nonneuse

vendredi 21 juin 2019 , 223 : visites

“rendons grâce à l’action de tous ces soldats de l’ombre”

Intervention de Rolande Barthélemy, présidente de l’ANACR, à la commémoration du 75ème anniversaire de l’attaque du maquis de Rigny-la-Nonneuse, le 14 juin 1944.

“75 ans se sont écoulés depuis le 14 juin 1944 où le maquis de Rignyla- Nonneuse fut attaqué par les forces ennemies suite au survol d’un avion de reconnaissance allemand qui avait repéré le regroupement de 127 Résistants dans les bois. Au cours de ces combats, le commandant Rivoire (Albert Lafont), un ancien des brigades internationales, fût grièvement blessé. Evacué dans une ferme amie à Fontaine-Macon, il mourra le 17 juin faute de soins.

Face à la puissance militaire de l’ennemi, les maquisards dotés d’un armement insuffisant durent se replier. L’ordre fut donné à la Compagnie France de quitter le terrain et, grâce à une bonne organisation, la plupart des Résistants purent s’échapper. Beaucoup ont été dirigés vers le maquis du pays d’Othe qui fut lui, attaqué le 20 juin. Il est bon de rappeler le sacrifice de 27 maquisards abattus sauvagement par les SS Allemands et Ukrainiens avec la complicité de miliciens français.

Au cours des combats de Rigny, quelques Résistants furent arrêtés sur place, d’autres à leur domicile sur dénonciation. Leur calvaire ne s’arrêta pas là et 15 jeunes Romillons furent emmenés à la gestapo de Romilly pour y être interrogés et soumis à d’horribles tortures. Incarcérés à la prison Hennequin de Troyes, ils furent conduits au champ de tir de Creney et lâchement assassinés par les SS et les nationalistes bretons du « Bezen Perrot  » avec 34 autres de leurs camarades. Un crime odieux qui est resté à tout jamais impuni !

Souvenons-nous, à l’heure où notre pays connaît une période trouble avec un regain des idées nationalistes, que les noms gravés sur ce monument en lettres de sang perpétuent le devoir de mémoire envers les jeunes générations. N’oubliez jamais ! Rendons grâce a l’action de tous ces soldats de l’ombre qui prirent une part active à chasser le fascisme hitlérien au prix de leurs jeunes vies. Ainsi ils offrirent à notre beau pays la mise en oeuvre du programme du Conseil National de la Résistance et du gouvernement d’unité Nationale présidé par le général De Gaulle. Cela contribua au redressement de la France et à son essor économique. Que ces héros immortels tombés pour notre Liberté et pour l’avènement d’un monde de paix et de justice sociale, reposent en paix.”

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|