“Si l’argent, vient au monde avec une tache naturelle de sang sur la joue, le capital naît dégouttant de sang et de boue des pieds à la tête.” Karl MARX

L'Humeur
  • DE MALICETTE
  • 7 juin 2019
  • Michel Choquart est en train de dépouiller la presse auboise d’avant 1914 au bénéfice de la revue “Bourse du Travail-Mémoire vivante” et au bénéfice de ceux qui la lisent. Ils devraient être plus nombreux sans doute car on y découvre beaucoup de (...)

  • Lire la suite
Ecoutez-voir
  • CE QUI NOUS CHATOUILLE & NOUS GRATTOUILLE
  • 7 juin 2019
  • Il garde le cap. L’élève surpasse le maître. Hollande a atomisé le Parti socialiste, créant des zombies “à gauche de la gauche” et à droite de la gauche. (...)

  • Lire la suite
Accueil > l’hebdo > 2019 > JUIN 2019 > La dépêche N°1550 > Hausse de l’électricité

Hausse de l’électricité

La facture pète les plombs

vendredi 7 juin 2019 , 268 : visites , par Rémi

Près de 6% début juin, une autre augmentation annoncée pour août... l’électricité comme le gaz surenchérissent sans cesse. Si les prétextes des hausses sont multiples, c’est bien à l’arrivée les ménages qui payent l’addition des ouvertures à la concurrence des services publics.

Une hausse pour garantir des “prix raisonnables”, justifie sans sourciller Jean-François Carenco, le président de la Commission de régulation de l’énergie (CRE), après le coup de bambou de 6% sur les factures d’électricité à partir du 1er juin. Et avant un second de 1% qui interviendrait le 1er août. Pince sans rire quand il s’agit de matraquer les ménages français, et plus durement les plus modestes d’entre eux dont on sait, qu’avant la hausse actuelle, plus d’un tiers avouait se priver de chauffage à cause de sa cherté, M. Carenco semble un peu plus lucide quant à la concurrence : « On dit partout que la concurrence en électricité, ça doit faire baisser les prix. Ma conviction c’est que ce n’est pas exact, la concurrence est là pour donner des produits nouveaux, pour faire de l’innovation. » Voilà qui met un gros bémol sur la partition interprétée à grand renfort de trémolos sur les privatisations qui feraient baisser les prix. Autre appât à bénêts : la transition énergétique, en vertu de laquelle il faudrait se serrer la ceinture et ouvrir le porte-monnaie. Un sujet déjà sorti du chapeau pour le prix des carburants, dont on peut dire, avec euphémisme, qu’il est traité par-dessus la jambe par le gouvernement. Exemple peu médiatisé parmi d’autres, les autorisations de forage accordées en février 2018 ; 18, dont celle dite « concession d’Avon-la-Pèze », dans l’Aube, à la Société Pétrolière de Production et d’Exploitation (SPPE). Au diable pollueur la loi Hulot de décembre 2017 qui interdit tout nouveau permis d’exploration et exploitation d’hydrocarbures sur l’ensemble du territoire !

La facture d’électricité alourdie de 100 euros par an

L’augmentation au 1er juin et celle annoncée pour début août (justifiée cette fois par les coûts de transport de l’électricité) vont alourdir de cent euros par an la facture des ménages. L’ouverture à la concurrence n’a jamais fait baisser les prix. En témoigne le prix du gaz qui, depuis 2004, flambe avec une hausse moyenne qui flirte avec les 70%. Même "topo" pour l’électricité : 50% d’augmentation depuis 2007, selon les chiffres publiés début avril par l’Insee, qui relève le décrochage de cette hausse par rapport à l’inflation et son impact pour le pouvoir d’achat des ménages. Et ce alors que, depuis 2014, l’électricité représente plus de 50% des dépenses en énergies (hors carburant) des foyers. Voir aussi la question des taxes. Bien de première nécessité, et comme le préconisent les communistes, le taux réduit de TVA à 5,5% peut être appliqué. En réalité, tous les prétextes invoqués pour légitimer les augmentations, ont de plus en plus de mal à camoufler aux yeux des français la racine du mal. À savoir, qu’ils payent in fine l’addition du démantèlement des services publics, de leur revente à la découpe - et à des prix alléchants - au secteur marchand régi par la loi de la rentabilité. Les ménages sont les vaches à lait des actionnaires et le bien public cassé renaît en bien privé, matérialisé par des dividendes attendus en constante croissance. Que ce soient les transports, la santé, l’éducation, la recherche... le bien commun doit prévaloir, avec les moyens adéquats à cette finalité. Nul progrès sans des pôles publics, seuls gages de modernité, de qualité et d’égalité.

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|