“Les macronistes, ces personnes étranges qui veulent des contreparties aux aides sociales, mais qui distribuent sans condition des subventions aux grosses multinationales !" Ian BROSSAT

L'Humeur
  • DE MALICETTE
  • 29 mars 2019
  • Notre camarade Anna a demandé au président de Troyes-Métropole que les transports soient gratuits dans toute l’agglomération. Bonne façon de lutter contre la pollution en invitant les automobilistes à se déplacer autrement. La réponse fut aussi rapide (...)

  • Lire la suite
Ecoutez-voir
  • CE QUI NOUS CHATOUILLE & NOUS GRATTOUILLE
  • 29 mars 2019
  • Récemment à l’Assemblée nationale, au député PCF Alain Bruneel qui la questionnait à ce sujet, Agnès Buzyn répondait : « Il n’y a pas une volonté (...)

  • Lire la suite
Accueil > l’hebdo > 2019 > MARS 2019 > La dépêche N°1540 > Romilly-sur-Seine - Conseil Municipal

Romilly-sur-Seine - Conseil Municipal

les propos à caractère raciste doivent être condamnés !

vendredi 29 mars 2019 , 259 : visites

En tenant, samedi dernier, en plein conseil municipal des propos à caractère raciste, l’élu d’extrême droite du parti de Marine Le Pen a, une nouvelle fois, tombé le masque.

Alors que Fethi Cheikh venait d’exposer à l’assemblée communale l’opposition du groupe des élus communistes et partenaires sur les orientations municipales mises en oeuvre (hausse des prélèvements fiscaux, ponction en cinq ans de 1,7 million d’euros sur la vie associative et 786 000 euros sur le CCAS, avec un nombre de demandeurs d’emploi qui a dépassé la barre des 2000), monsieur Vernet l’a pris à partie, l’interrogeant directement, et avec insistance, sur ses origines. Dans son expression violente, il a été jusqu’à indiquer que : « s’il était si compétent, il n’avait qu’à aller diriger les pays de ses origines, les pays du Maghreb ».

Une attaque et des propos totalement inadmissibles, qui ont soulevé immédiatement une réprobation de la part de tous les autres élu.e.s et du public présent. Dans sa lancée, M. Vernet a aussi insulté une personne du public, lui intimant l’ordre de « fermer sa g... » et, joignant le geste à l’insulte, il lui a fait un doigt d’honneur. Quelque temps auparavant, le même élu avait adressé des propos pleins de sous-entendus au maire, tentant de jeter la suspicion en faisant l’amalgame entre sa profession de notaire et des questions touchant au foncier communal. Nauséabond ! Monsieur Vernet n’en est pas à son coup d’essai, puisqu’il s’en était déjà pris lors de la campagne des dernières élections départementales au candidat PCF, Joë Triché, et à sa colistière, en les agressant physiquement ainsi qu’en endommageant leur véhicule, ce qui lui avait valu une mise en garde du médiateur de la République.

Immédiatement après les propos de l’élu lepéniste, j’ai rappelé au maire qu’il y avait des limites qui ne pouvaient être dépassées dans le cadre des débats et de la tenue du conseil municipal, dont la maitrise et la police lui appartenait. J’ai demandé que le procès-verbal de la séance retrace fidèlement les propos tenus et j’ai indiqué que, pour notre part, nous nous réservions la possibilité de donner des suites au plan judiciaire, quant à la tenue de propos qui ne relèvent pas, à notre avis, du débat mais du délit.

Dans un premier temps, notre groupe a décidé de saisir de ces faits monsieur le Procureur de la République et nous attendons également de monsieur le maire de Romilly qu’il fasse ce qui doit être fait face aux propos condamnables d’un élu du conseil municipal.

REACTIONS

Fédération du PCF de l’Aube : “Sans préjuger des suites judiciaires, la fédération apporte tout son soutien à l’élu communiste de Romilly. Elle s’étonne en outre du “laxisme” du maire, alors que l’élu lepéniste n’en est pas à sa première déclaration nauséabonde en séance du Conseil municipal.”

FNDIRP/ANACR de Romilly : “M. Vernet semble, hélas, être un habitué des déclarations [...] stigmatisant les plus démunis, les femmes et les étrangers [...] La FNDIRP et l’ANACR ne peuvent accepter de tels propos [...] qui sont une véritable incitation à la haine raciale...

” MRAP de l’Aube : “[...] L’élu du rassemblement national aurait interpellé pendant la séance du conseil, dans l’enceinte de la mairie, un élu [...] Pourquoi cet élu, pourquoi l’avoir interrogé sur sa nationalité, sa double nationalité, sa domiciliation ? Le seul fait de poser ces questions est inacceptable, intolérable, discriminant à l’égard d’une personne en raison de son origine supposée ou réelle...”

PAR PIERRE MATHIEU PRÉSIDENT DU GROUPE DES ÉLU.E.S COMMUNISTES ET PARTENAIRES DU CONSEIL MUNICIPAL DE ROMILLY S/SEINE

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|