S’attaquer au réchauffement climatique, c’est d’abord s’attaquer aux 100 multinationales qui sont à l’origine de 70% des émissions de gaz à effet de serre.” Ian Brossat

L'Humeur
  • CE QUI NOUS CHATOUILLE & NOUS GRATTOUILLE
  • 22 février 2019
  • Blanquer nous ressort l’argument de la confiance. Il a de glorieux prédécesseurs : Jésus et Jean-Paul II entre autres. Je connais un établissement d’enseignement pour lequel le rectorat prévoit une augmentation de l’effectif d’élèves de 5% et une (...)

  • Lire la suite

Culture

L’ACCORDEON EN QUEUE DE PIE

vendredi 22 février 2019 , 339 : visites

L’Orchestre Symphonique de l’Aube a eu la bonne idée d’inviter un accordéoniste pour exécuter de la musique classique.

C’est un évènement considérable à Troyes. Il faut en remercier Gilles Millière qui a eu cette audace et cette confiance. Depuis les années 50, l’accordéon était devenu, à juste titre, un paria. Le « gros musette qui tache » faisait fureur autrefois. Le son, le répertoire, le style qui incarnaient à la fois un phénomène de mode et une forme de poésie et de personnalité populaires, étaient rejetés par l’institution musicale, parfois mal informée. Or, l’instrument possède des qualités intrinsèques que les facteurs d’accordéon surent mettre en valeur au moment où des artistes au sang neuf exigeaient des améliorations supérieures. On doit surtout cette mutation à Marcel Azzola qui fit évoluer la technique, l’acoustique et le catalogue. Le Troyen Joë Rossi participa à cette reconquête qui a mené l’accordéon « du bouge au conservatoire ».

Vincent Lhermet fait partie de ces artistes qui se sont battus pour faire reconnaître les capacités immenses de l’instrument, de façon concrète, en devenant un soliste haut-de-gamme en obtenant par exemple le 1er prix du concours international d’accordéon classique de Arrasate Hiria (Espagne en 2006 à l’âge de 19 ans !), en perfectionnant sa technique grâce à l’Académie Sibelius d’Helsinki, en se produisant dans de nombreux pays d’Europe, en soliste, et au sein de diverses formations classiques. Ces belles qualités ont été appréciées d’un public fidèle au classique et sans doute heureux d’avoir découvert les richesses de l’accordéon et un jeune homme pétri de qualités qui a été reçu Docteur de l’Université Paris-Sorbonne, en ayant réalisé une recherche sur le répertoire contemporain de l’accordéon en Europe.

JEAN LEFÈVRE

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|