Complice du pire : c’est la politique d’Emmanuel Macron qui est responsable de la crise qui secoue la France depuis des mois !” Fabien Roussel

L'Humeur
  • la leçon du cared
  • 21 décembre 2018
  • Le CARED a encore frappé. On vante ses succès dans le journal local. La mairie lui offre parfois une salle de l’hôtel de ville. Tout baigne. Il s’en réjouit. Ceci étant dit et avec un peu de méchanceté je l’avoue, le CARED distille ses horreurs sans (...)

  • Lire la suite
Accueil > l’hebdo > 2018 > DECEMBRE 2018 > N° 1526 > la leçon du cared

la leçon du cared

DE MALICETTE

vendredi 21 décembre 2018 , 49 : visites

Le CARED a encore frappé. On vante ses succès dans le journal local. La mairie lui offre parfois une salle de l’hôtel de ville. Tout baigne. Il s’en réjouit. Ceci étant dit et avec un peu de méchanceté je l’avoue, le CARED distille ses horreurs sans soulever beaucoup de contestations. La dernière invitée était Agnès Verdier- Molinié est une journaliste bien en cour, dans la cour des réacs, une chercheuse dit-on, une chercheuse de poux dans la tête de tout ce qui ressemble à une politique progressiste.

À une époque où les syndicats, la gauche et les gilets jaunes demandent à desserrer l’étau des taxes, à flétrir la CSG cet impôt sur l’infortune, à réclamer des professeurs, des infirmières, des agents, à rapprocher le peuple des décisions, Mme Verdier-Molinié exige de geler les dépenses publiques, de reculer l’âge de la retraite, d’augmenter le temps de travail, de mettre la sphère publique au service du privé.

On cherche à nommer ce courant de pensée. Il suffit de regarder le public qui vient applaudir la conférencière ; il est formé de bons bourgeois grossis d’un petit peuple lepéniste qui a du mal à conjuguer son désir de vivre mieux et cette leçon d’austérité pour tout ce qui devrait améliorer son sort. Mais le CARED est là pour ça. Il fait donner à la fois des intervenants islamophobes, des professeurs de fermeté vichyssoise et des libéraux forcenés. À l’île d’Yeu, Pétain ne dort que d’un oeil.

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|