“Même si nous sommes les témoins d’impacts climatiques dévastateurs provoquant le chaos à travers le monde, nous ne faisons toujours pas assez, nous n’allons pas assez vite.” Antonio Guterres, secrétaire général de l’ONU

L'Humeur
  • L’HUMEUR
  • 29 novembre 2018
  • Carlos Ghosn en prison ; que c’est étrange ! Quelqu’un qui ne vit que par l’argent et pour l’argent est accusé d’avoir voulu trop d’argent. C’est un peu comme un militaire accusé de meurtre pendant la guerre. Questions : à partir de combien y a-t-il abus (...)

  • Lire la suite
Ecoutez-voir
  • CE QUI NOUS CHATOUILLE & NOUS GRATTOUILLE
  • 29 novembre 2018
  • Merci à Pierre Dharréville, député communiste d’avoir prononcés ces mots lors du 38ème congrès du PCF, et qui ne sauraient mieux exprimer ce qu’est mon (...)

  • Lire la suite
Accueil > l’hebdo > 2018 > Novembre 2018 > N° 1523 > Élections européennes

Élections européennes

“on y va, les camarades !”

jeudi 29 novembre 2018 , 113 : visites

“On y va, les camarades !” Les derniers mots devant le congrès des communistes de Ian Brossat ont été lancés avec conviction.

« Tête de liste de rassemblement pour les élections européennes », Ian Brossat veut impulser une liste qui fera une large part au monde du travail. Première étape mobiliser les « 50 000 militants, les 7 000 élus  » du PCF. Avec une liste encore à construire, mais qui prend corps. À Ivry, les eurodéputés Patrick Le Hyaric et Marie-Pierre Vieu accompagnaient Ian Brossat, ainsi que deux ouvriers : Franck Sailliot, qui a mené avec ses camarades d’Arjowiggins une lutte de quatre ans pour la reprise de la papeterie de Wizernes. Et Marie-Hélène Bourlard, popularisée par le film Merci Patron !, qui a affronté les actionnaires de LVMH, et serait en cas d’élection la première femme ouvrière à entrer au Parlement européen, souligne Ian Brossat, car la liste qui sera présentée aux électeurs sera avant tout « la liste du monde du travail.  » Les questions de l’emploi ou de la vie chère seront au coeur de la campagne. Comment « le gouvernement peut-il culpabiliser les plus modestes qui, en plus d’avoir du mal à joindre les deux bouts, sont désignés désormais comme des pollueurs [...] Nous partageons cette colère, elle était diffuse, c’est aujourd’hui une révolte qui gronde, qui s’organise.  » Également sur la sellette, les politiques européennes d’austérité et les « logiques absurdes  » qui font, par exemple, que les futures rames du RER francilien seront fabriquées en Pologne et en République Tchèque et seulement assemblées à Valenciennes. « Porter la colère et remporter des victoires  », sera la philosophie de la liste.

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|