L’histoire enseigne aux hommes la difficulté des grandes tâches et la lenteur des accomplissements, mais elle justifie l’invincible espoir.” Jean Jaurès

L'Humeur
  • DE MALICETTE
  • 11 octobre 2018
  • Gérard Streiff écrivit il y a quelques années une pièce, “Camarade Duras”, qui raconte l’exclusion de la romancière du Parti Communiste. Ce n’est pas tant l’histoire de l’écrivain dont il s’agit mais de la soviétisation du parti et du culte de la (...)

  • Lire la suite
Accueil > l’hebdo > 2018 > Octobre 2018 > N°1516 > La Chapelle-Saint-Luc - Incinérateur (1)

La Chapelle-Saint-Luc - Incinérateur (1)

propositions des élus PCF

jeudi 11 octobre 2018 , 45 : visites

Le SDEDA a volontairement flouté les réalités du dossier. L’absence de démocratie en amont du projet a permis de dérouler un tapis rouge pour la multinationale française Veolia, qui est le chef de file mondial pour la gestion de l’eau et des déchets ménagers.

Sur vingt-cinq ans, le contrat se monte à 240 millions d’euros de chiffre d’affaires. Par an, 60 millions de tonnes de déchets devront obligatoirement être brulées, soit 300 bennes à ordures ménagères par semaine. Une poule aux oeufs d’or pour Veolia. En séance plénière du Conseil municipal de la Chapelle-Saint-Luc, Bernard Champagne a renouvelé des propositions au nom des élus communistes :

- la parution d’un journal municipal spécial UVE donnant la parole aux “pour”, aux “contre”, au SDEDA, aux élus de la ville, au collectif citoyen… afin de permettre un élan de démocratie,

- la tenue d’un Conseil municipal extraordinaire sur le lieu où Veolia projette sa construction qui permettrait de donner en direct la parole à la population,

- l’exigence du retrait des poursuites déclanchées par Danièle Boeglin, au nom du SDEDA, contre le collectif de Chapelains qui ont osé l’interpeller. L’élu communiste a expliqué qu’il est « honteux que Danièle Boeglin utilise l’argent public, notre argent, pour traîner en justice d’honnêtes citoyens. Véolia pilonne les opposants au projet. Le SDEDA lui prête main forte et argent public. » Il n’est pas trop tard pour stopper le train Valaubia. Un recours en justice doit s’adosser sur l’appui informé et conscient de la population. Il faut sortir de la délégation de pouvoir faite tous les six ans aux élus et permettre une appropriation par les citoyens de tous les dossiers qui engagent leur avenir.

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|