“Aujourd’hui, quand vous vivez dans une famille ouvrière, vous avez peur que vos enfants tombent dans la misère. Pourquoi ? Parce que la politique actuelle contribue à accumuler des richesses.” Pierre Laurent

L'Humeur
  • DE GUY CURE
  • 24 août 2018
  • On ne sait pas très bien : 4,25 millions d’euros par an, ce ne serait que le salaire minimum garanti pour le nouveau patron d’Air France. S’y ajouteront quelques primes au montant indéterminé. Est-ce qu’il le vaut bien (pour reprendre la pub de (...)

  • Lire la suite
Ecoutez-voir
  • CE QUI NOUS CHATOUILLE & NOUS GRATTOUILLE
  • 24 août 2018
  • 25%, Atlantia dévisse en bourse ! Le choeur des pleureuses de la smala financière mondiale levait les bras au ciel après l’effondrement du viaduc de (...)

  • Lire la suite

Climat

en marche vers le chaos ?

vendredi 24 août 2018 , 154 : visites

Se borner à constater l’état des lieux planétaire, même en versant des larmes de crocodile, ne sert plus à rien.

En matière de climat comme en toute autre désormais, la collision des effets du réchauffement avec des crises de système, qui ressortissent de la crise de civilisation, appelle à changer radicalement de logique. “Notre maison brûle et nous regardons ailleurs”. Ce “nous” n’était pas indistinct : J. Chirac s’adressait à ses homologues lors du premier Sommet de la Terre dédié à la question du réchauffement, en Afrique du Sud, fin août-début septembre 2002. L’accentuation des inondations, incendies et autres sécheresses n’est pas spontanée : elle a été anticipée, depuis bien longtemps désormais, par les scientifiques spécialistes du climat, et répétée au rythme des sommets climat qui se sont suivis depuis 16 ans. La France n’y a pas fait exception en accueillant la COP21. Devenu président, Emmanuel Macron a même prétendu au titre de champion de la lutte contre le gaz à effet de serre, tandis que son “cher ami” Trump déchirait l’accord de Paris conclu en 2015. Si la manière diffère, leurs priorités son ailleurs. C’est qu’en matière de climat comme pour le reste, plus on est pauvre et faible, plus on paye cash le moindre effet des dérèglements en cours. Les pays dits riches, autrement dit les grandes puissances mondiales, s’avèrent incapables d’honorer leur engagement de les aider à hauteur de 100 milliards de dollars. Cette somme est de treize fois inférieure aux sommes engagées dans la course aux armements nucléaires et dix fois moindre que les dividendes versés au niveau mondial à la “planète spéculation”... pour le seul premier semestre de cette année !

On ne saurait mieux voir là l’incompatibilité foncière entre un système planétaire entièrement fondé sur le gâchis du fruit du travail humain et des ressources de la planète, et une lutte résolue pour sauver notre “maison commune”. Chaque pas fait en commun, ici comme par-delà les frontières, par la mise en mouvement citoyenne pour imposer d’autres choix sociaux, démocratiques et environnementaux est le seul chemin qui dessinera un autre avenir tenable.

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|