“Même si nous sommes les témoins d’impacts climatiques dévastateurs provoquant le chaos à travers le monde, nous ne faisons toujours pas assez, nous n’allons pas assez vite.” Antonio Guterres, secrétaire général de l’ONU

L'Humeur
  • DE MALICETTE
  • 17 août 2018,
    par Malicette
  • Une émission d’histoire sur la Résistance sera diffusée une dizaine de fois sur LCP jusqu’à septembre : « Quel récit avons-nous fait en France, de la Résistance ? » Quatre historiens étaient conviés pour en discuter à partir d’images tournées dans le (...)

  • Lire la suite
Ecoutez-voir
  • CE QUI NOUS CHATOUILLE & NOUS GRATTOUILLE
  • 17 août 2018
  • Les dentistes respirent. Car on va finir par dire “menteur comme un préfet de police” et non plus “comme un arracheur de dents”. À notre époque où (...)

  • Lire la suite

Glyphosate

interdiction totale : promesse non tenue de macron

vendredi 17 août 2018 , 252 : visites , par Rémi

Avec 295 tonnes vendues en 2016, l’Aube était le premier département de France consommateur de chimie agricole. La récente condamnation de Monsanto devrait conduire le pouvoir à revoir sa copie de complaisance avec les géants de l’agrochimie.

En 2016, 8 000 tonnes de glyphosate ont été vendues en France.720 000/an dans le monde par 90 chaînes pétrochimiques.

Le tribunal de San Francisco a condamné, le 10 août, la firme chimiquière à verser 289 millions de dollars à un jardinier américain atteint d’un cancer. Bayer, qui a racheté en juin, pour 63 milliards de dollars, Monsanto et a illico annoncé la supression de cette marque, est sorti de son trou... parce que son action a baissé de 10%. De la compassion pour celui qu’ils ont empoisonné à son insu, point. La médiatisation de cette bataille entre David et Goliath a déjà eu pour effet d’augmenter le nombre de plaintes contre le géant de l’agrochimie. Pied de nez à Monsanto ? Un prochain procès s’ouvrira cet l’automne à Saint- Louis dans le Missouri, la ville de naissance de l’entreprise qui a fabriqué l’agent orange.

Macron cultive le flou...

Face aux enjeux, la firme, lobbyiste de grande envergure, entend mener le combat jusqu’au bout. Mais la lourde condamnation prononcée par le tribunal américain relance un débat brûlant de notre côté de l’Atlantique : ne faudraitil pas enfin interdire au plus vite le glyphosate, principe actif du Roundup de Monsanto, classé «  cancérogène probable  » par l’Organisation mondiale de la santé ? Car si la décision US n’aura aucune conséquence en Europe comme en France d’un point de vue juridique, d’un point de vue politique en revanche, il devient de plus en plus difficile pour les institutions européennes et françaises de n’en tirer aucune conséquence. À l’échelle européenne, l’autorisation de cet herbicide, le plus vendu au monde, a été prolongée pour cinq ans fin novembre. Cette autorisation est renouvelable et sera à nouveau étudiée en 2023. En France, Emmanuel Macron cultive le flou. S’il a promis que ce produit serait interdit dans l’hexagone «  au plus tard » à fin 2020, il a ajouté aussi sec que sa décision dépendra « des alternatives [qui] auront été trouvées  ». Feignant d’ignorer que lesdites alternatives existent déjà.

Intérêts économiques contre santé publique

Il ne s’agit pas de remplacer une molécule par une autre, mais plutôt de repenser les systèmes de cultures. Pourtant, le gouvernement continue de lâcher du lest à l’agrochimie, répétant à qui veut l’entendre l’engagement d’interdiction du produit «  dans ses principaux usages  », mais s’autorisant cinq ans avant de l’interdire «  pour tous les usages  ». En attendant, rien n’a été acté nulle part. Des amendements au projet de loi agriculture et alimentation visant à graver dans la loi l’engagement présidentiel de sortie en trois ans ont été rejetés en mai par les députés. Le ministre de l’agriculture, Stéphane Travert, s’y était opposé... avant de promettre en juin une proposition de loi sur ce sujet, si aucune avancée n’est visible «  au terme des trois ans  ». Le secrétaire d’État chargé des Relations avec le Parlement, Christophe Castaner, a lui fixé une échéance à dix-huit ou vingt-quatre mois. Le glyphosate est donc toujours autorisé en France, même s’il fait l’objet de restrictions de vente et que la loi sur la transition énergétique de 2015 prévoit son interdiction dans les jardineries à partir du 1er janvier 2019. Pourtant, l’interdiction du totale du glyphosate était une promesse électorale d’Emmanuel Macron. Dans ce dossier, ce sont une fois encore les intérêts économiques des multinationales qui prennent le pas sur la santé publique, l’environnement ou la qualité de vie, et qui poussent à la roue d’une agriculture productiviste ; un gisement de profits considérables au sommet de la pyramide capitaliste

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|