“Ce que les gens ont aimé dans cette équipe n’est pas tant son jeu que l’idée d’une réussite collective.” Mickaël Correia

L'Humeur
  • DE MALICETTE
  • 6 juillet 2018
  • Quand vous avez besoin d’une aide médicale urgente, vous appelez le 15 (SAMU) ou le 18 (pompiers). Si le cas est jugé grave par le médecin régulateur, le SMUR (Service Mobile d’Urgence et de Réanimation) est appelé pour donner les soins nécessaires. En (...)

  • Lire la suite
Ecoutez-voir
  • CE QUI NOUS CHATOUILLE & NOUS GRATOUILLE
  • 6 juillet 2018
  • Castaner vient dernièrement de ressortir Giscard du placard, car il « a fait beaucoup de social et aussi de l’émancipation ». Et dire qu’on n’avait (...)

  • Lire la suite
Accueil > l’hebdo > 2018 > JUILLET 2018 > N° 1502 > Projet d’incinérateur à La Chapelle-Saint-Luc

Projet d’incinérateur à La Chapelle-Saint-Luc

Véolia “gagnant sur toute la ligne”

vendredi 6 juillet 2018 , 56 : visites

L’Humanité a consacré, le 2 juillet, un important dossier sur le projet d’incinérateur aubois. Décryptage d’un dossier “mené dans la plus parfaite opacité” et d’où il ressort que c’est Veolia qui empochera le pactole. Extraits.

« “Rien ne se perd, rien ne se crée tout se transforme.” Cette maxime attribuée à Lavoisier sied parfaitement au projet d’incinérateur prévu à La Chapelle- Saint-Luc, dans l’Aube. Pour résoudre la problématique de l’enfouissement des détritus, le Syndicat départemental d’élimination des déchets de l’Aube (Sdeda) a opté pour un équipement qui prévoit de transformer 60 000 tonnes d’ordures ménagères par an en chauffage et électricité d’ici 2020. “Ce n’est pas un incinérateur, mais une unité de valorisation énergétique (UVE)”, plaide d’emblée Danièle Boeglin, la présidente du syndicat [qui] a délégué la construction et l’exploitation à une entreprise privée. En l’occurrence Veolia. “Seule la multinationale y trouvera son intérêt”, prévient Jean-Pierre Cornevin, secrétaire fédéral du PCF de l’Aube. Un avis partagé… Depuis quelques mois, la contestation grandit. “Pas opportun”, “plus d’actualité”… Principale critique : ce projet a été déterminé avant la mise en place d’objectifs de réduction des déchets, de plans de prévention et de mesures d’incitation au tri.

Plusieurs conseils municipaux, dont celui de La Chapelle-Saint-Luc, [...] ont ainsi voté contre, arguant d’une réglementation en pleine évolution. Si l’idée a émergé en 2010, elle ne s’est concrétisée, aux yeux de la population, qu’en 2016, quand Veolia a remporté l’appel d’offres. Et c’est l’enquête publique, qui s’est achevée le 29 mai dernier avec un avis positif à la clé [...] qui a fini de réveiller les consciences. [...] “Un certain nombre d’élus ont vu cet équipement comme une solution clés en main. Ils se sont dit : on va résoudre le problème pour vingt ans” », analyse Thibault Turchet, juriste au sein de l’ONG Zero Waste. [...] Les opposants [dénoncent] une surcapacité au regard de la réglementation, qui doit se traduire dans les prochaines années par la généralisation de certaines mesures (collecte des biodéchets, tarification incitative) et par une évolution de la fiscalité défavorable à l’incinération. En effet, la loi de transition énergétique pour la croissance verte (TECV) a fixé un taux de recyclage de 60% des déchets à l’horizon 2030 et une réduction de l’enfouissement de 50%.

[...] Quid de l’intérêt général ? Certains éléments interrogent sur la nature des tractations : ainsi, l’équipe du Sdeda est dirigée depuis 2005 par un cabinet de conseil : LB Collectivités. Rien d’anormal. Sauf qu’un document que s’est procuré l’Humanité montre que ce cabinet, qui élabore le budget du syndicat, a aussi assuré des formations chez… Veolia ! Et selon une source, c’est ce même cabinet qui a “analysé les offres des prestataires qui ont conduit au choix de… Veolia” ! “Force est de constater que ce projet a été mené dans la plus parfaite opacité”, déplorent les associations écologistes du département. [...] Droite dans ses bottes, la présidente du Sdeda réfute toute “anomalie” : “Toutes les procédures ont été faites en conformité avec la loi. [...]” En effet, l’incinérateur serait “sans danger”, comme le prouvent les études réalisées… par la compagnie ! De quoi inquiéter les proches habitations, situées à côté de vignes classées AOC. [...] Il faut dire que si ce projet était compromis, le Sdeda devrait indemniser Veolia ! Gagnant sur toute la ligne ! »

PAR ALEXANDRA CHAIGNON / L’HUMANITÉ

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|