“Dans une société fondée sur le pouvoir de l’argent, tandis que quelques poignées de riches ne savent être que des parasites, il ne peut y avoir de liberté, réelle et véritable.”      Lénine

L'Humeur
  • DE JEAN LEFÈVRE
  • 8 juin 2018
  • Notre camarde Jean Burles a tiré a révérence lui aussi à l’âge de 101 ans. Je m’en souviens. Il dirigeait la fédé de l’Aube de 1948 à 1960. Ce n’était pas un tendre. Comment dit-on ? Stalinien ? Certains prononcent ce mot avec répugnance. Ils ne savent pas (...)

  • Lire la suite
Ecoutez-voir
  • CE QUI NOUS CHATOUILLE & NOUS GRATOUILLE
  • 8 juin 2018
  • Sept français sur dix estiment que la cause animale est mal défendue par les élus. 86%, nous dit un récent sondage, sont également pour l’interdiction (...)

  • Lire la suite
Accueil > l’hebdo > 2018 > JUIN 2018 > N°1498 > CE QUI NOUS CHATOUILLE & NOUS GRATOUILLE

CE QUI NOUS CHATOUILLE & NOUS GRATOUILLE

LES “filières” de G. BESSON-MOREAU

vendredi 8 juin 2018 , 48 : visites

Sept français sur dix estiment que la cause animale est mal défendue par les élus. 86%, nous dit un récent sondage, sont également pour l’interdiction de l’élevage intensif.

Mais le député LREM de la 1ère circonscription de l’Aube, Grégory Besson-Moreau, s’en soucie comme d’une guigne. Il vient de voter contre deux amendements au projet de loi agriculture et alimentation ; l’un demandant des garanties sur les conditions d’abattage dans les pays de destination, des animaux exportés vivants, et l’autre obligeant à installer des caméras dans les abattoirs (85% des français y sont d’ailleurs favorables). De la sensiblerie qui risquerait, prétend-il, de nuire aux « filières ». Entendez par là aux gros porcs productivistes engraissés aux aides européennes. Annoncé en août 2017 par Nicolas Hulot, gros avaleur de couleuvres ces derniers temps, le groupe de réflexion sur le bien-être animal n’est toujours pas sorti de ses cartons.

G. Besson-Moreau vient aussi de voter contre l’interdiction du glyphosate. Sans doute pour ne pas nuire à la « filière » chimie qui bousille la nature. En mars, le député LREM a été nommé rapporteur général de la commission Lactalis mise en place à l’Assemblée. Pas rassurant, sauf peut-être pour la « filière » Besnier. S’il s’en bat l’oeil du sort animal et de la nature en général, le député LREM suit de près celui des “start up”. Il en a une : Énergie IP, qui fait son beurre dans la « filière » de la connectique d’immeubles intelligents (?) et vient d’écrémer un million d’euros d’un fonds d’investissements. À l’Assemblée, il est vice-président du groupe d’études... sur les “start up”. Il est de ces jeunes loups aux dents acérées qui n’ont d’intérêt qu’une filière : le pognon.

LE CAPITAINE TRICASSE

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|