“La presse [...] ? Sa fonction est de servir l’état de choses en modelant l’opinion publique, et elle s’en acquitte à merveille.” Jack London

L'Humeur
  • DE GUY CURE
  • 7 avril 2018
  • Dès la couverture de son dernier livre : Le banc du temps qui passe, Hubert Reeves rayonne d’émerveillement et d’amour de la vie. Il part du constat que sur la période historique « l’humanité va en s’améliorant […] et devient de moins en moins violente » (...)

  • Lire la suite
Ecoutez-voir
  • CE QUI NOUS CHATOUILLE & NOUS GRATOUILLE
  • 6 avril 2018
  • Le 31 mars, c’était la fin de la “trêve” hivernale. Qui dit trêve, dit forcément guerre. La guerre a donc repris contre toutes celles et ceux qui ne (...)

  • Lire la suite
Accueil > l’hebdo > 2018 > Avril 2018 > N°1489 > CE QUI NOUS CHATOUILLE & NOUS GRATOUILLE

CE QUI NOUS CHATOUILLE & NOUS GRATOUILLE

La trêve

vendredi 6 avril 2018 , 0 : visites

Le 31 mars, c’était la fin de la “trêve” hivernale. Qui dit trêve, dit forcément guerre. La guerre a donc repris contre toutes celles et ceux qui ne peuvent pas payer leurs loyers ou leurs factures d’énergie. Le bal des huissiers expulseurs et des coupeurs de compteurs est rouvert. En 2016, 15 220 familles ont été expulsées. Selon le médiateur national de l’énergie, les fournisseurs ont fait procéder à 535 946 coupures ou limitations de puissance en 2017. Des fournisseurs à l’unisson pour annoncer des résultats financiers et des dividendes en hausse en 2017.

La guerre économique et sociale pour assurer, comme le dit Isabelle Kocher, la patronne d’Engie, «  des résultats solides en 2018 », ne fera pas de quartier. Expulsions locatives et coupures d’énergie augmentent d’année en année. De 2004 à 2012, après l’ouverture du capital de GDF, le gaz a augmenté de plus de 60%. Ajoutez les hausses survenues depuis. Résultat : 12 millions de personnes sont en précarité énergétique et 15% des français reconnaissent avoir des difficultés pour payer leurs factures.

Avoir un toit s’apparente à un luxe pour de plus en plus de gens ; se chauffer - ou se tempérer en nos temps de changement climatique
- au nirvana. Là également, le fossé s’élargit entre des millions de personnes et la poignée d’actionnaires des cartels de l’énergie et de l’immobilier, qui s’embourbent tous les ans des milliards d’euros de dividendes.

Dans la lutte sociale, il n’y a pas de trêve. Pas de trêve pour celles et ceux des Restos du coeur, du Secours Pop’... Pas de trêve pour celles et ceux qui seront expulsés ou coupés d’ici le 1er novembre. Il y a la lutte pour ne pas reculer dans nos droits et en arracher de nouveaux. Logement, énergie et eau sont des droits humains et vitaux. Le profit capitaliste est, lui, un non-droit.

LE CAPITAINE TRICASSE

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|