“La presse [...] ? Sa fonction est de servir l’état de choses en modelant l’opinion publique, et elle s’en acquitte à merveille.” Jack London

L'Humeur
  • DE JEAN LEFÈVRE
  • 31 mars 2018
  • L’AG de l’ADIRP* s’est tenue dimanche dans la Maison de retraite de la Moline en présence de Madeleine Billat, ancienne déportée, qui fut envoyée à Ravensbrück alors qu’elle n’avait pas dix-sept ans. Il y fut question de Résistance et donc déjà, d’histoire (...)

  • Lire la suite
Ecoutez-voir
  • CE QUI NOUS CHATOUILLE & NOUS GRATOUILLE
  • 31 mars 2018
  • « Vous, les élus, représentez la population ou partez ! » Tout était dit, ou presque, dans l’apostrophe d’un lycéen américain lors de la marche contre (...)

  • Lire la suite
Accueil > l’hebdo > 2018 > Mars 2018 > N° 1488 > Romilly-sur-Seine - Fermeture du bureau de poste de La Belle-Idée

Romilly-sur-Seine - Fermeture du bureau de poste de La Belle-Idée

copinage droite-FN pour casser le service public

samedi 31 mars 2018 , 167 : visites , par LDA

Alors qu’une pétition s’opposant à la fermeture d’un bureau de poste recueille plus de 1 700 signatures en quelques jours, le maire de Romilly, allié à l’extrême droite, refuse de voter un voeu des élus PCF et partenaires pour son maintien

Au Conseil municipal et au Conseil communautaire du 26 mars, les élu.e.s communistes et partenaires ont déposé un voeu pour s’opposer à la fermeture programmée du bureau de Poste de La Belle-Idée. Un voeu rejeté par la majorité d’Éric Vuillemin, à laquelle s’est associé l’élu de l’extrême droite, Jean-Patrick Vernet. Pourtant, l’exigence de la population romillonne et des communes du bassin de vie environnant, de voir maintenu le bureau de poste de la zone commerciale est extrêmement forte, comme en témoignent les plus de 1 700 signatures recueillies en quatre jours sur une pétition de la CGT. En fait, la position du maire de Romilly, par ailleurs président de la Communauté de communes, n’est pas une grande surprise. Soutien de Sarkozy, puis de Fillon, le service public n’est pas sa “tasse de thé”. Son credo, c’est la concurrence partout et à tout-va et le fric pour les plus aisés. Pour justifier sa position de ne pas voter le voeu des élu.e.s communistes et partenaires, il a prétendu que la fermeture de ce bureau de poste allait être une “bonne aubaine” pour un centre-ville qu’il a largement contribué, depuis son arrivée à la mairie, à faire péricliter. Comme si les services actuellement proposés par La Poste à la Belle-Idée allaient tous revenir au bureau du centre-ville. À l’évidence non et, pour preuve, des dispositions sont en ce moment envisagées pour qu’y soit maintenue une partie dans ce secteur périurbain. Ridicule donc et surtout d’une extrême mauvaise foi de la part d’un maire qui a laissé délocaliser des activités du coeur de ville vers la périphérie. Si l’activité commerciale du coeur de ville rencontre des difficultés, c’est aussi et surtout à cause du chômage qui a plus que doublé depuis son arrivée, aux bas salaires pratiqués localement et à la très grande précarité subie par des milliers de romillons et d’habitants des zones rurales environnantes

Le voeu des élu.e.s PCF et partenaires Présenté au Conseil municipal de Romilly, le voeu estime que la fermeture du bureau de Poste « conduirait à une réduction importante et à une dégradation du service public postal [sur ce] territoire » et constate que «  cette annonce inquiète et révolte à juste titre les très nombreux usagers de [la] commune et [du] bassin de vie qui fréquentent ce service et apprécient le côté pratique de sa localisation, de son accessibilité, de ses jours et horaires d’ouverture. » Il dénonce, à propos de ce projet « la volonté de réduire les moyens du service publics et l’entêtement à poursuivre son démantèlement, notamment en prévoyant le transfert d’une partie de ses missions à des opérateurs privés » et rappelle une action où s’étaient déjà mobilisés les conseillers municipaux communistes de Romilly avec « les dégradations [dans] la distribution du courrier sur le territoire du fait de moyens insuffisants et d’une organisation défaillante », demandant aux édiles de se prononcer pour le maintien du bureau de La Belle-Idée et l’affectation par La Poste de moyens pour une meilleure distribution du courrier.

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|