“Nous n’attendrons ni une semaine, ni trois jours, ni même une heure pour le répéter solennellement : nous ne subirons pas la loi de la spéculation internationale.” Léon Blum (mai 1935)

L'Humeur
  • LE MEILLEUR DES MONDES
  • 17 février 2018
  • Comme quelques-uns d’entre vous, je me suis fait avoir en achetant à l’époque quelques Natixis. Avec prudence d’ailleurs, mon arrière-grand-père s’étant déjà fait avoir avec les emprunts russes. Et boum, 3 mois après on m’annonçait la faillite. Non, pas la (...)

  • Lire la suite
Accueil > l’hebdo > 2018 > FEVRIER > N° 1482 > Banquet populaire de La Dépêche de l’Aube

Banquet populaire de La Dépêche de l’Aube

fiers d’être communistes

samedi 17 février 2018 , 310 : visites , par LDA

C’est presque une routine. Plus de 200 convives se sont retrouvés, cette année encore, pour le banquet populaire de La Dépêche de l’Aube, qui perpétue la tradition populaire des luttes festives, fraternelles et impertinentes. Le communisme reste une idée vivante et d’actualité.

Moment d’émotion : Pierre Ouzoulias, l’invité d’honneur du banquet, sénateur PCF, reçoit un exemplaire de La Dépêche de l’Aube du 5 mai 1945 relatant les obsèques solennelles en présence de 10 000 personnes de son arrière-grand-père, Maurice Romagon, communiste aubois et résistant, fusillé à Clairvaux le 7 mars 1942. Une lettre inédite, retrouvée aux archives de Clairvaux, ainsi que des documents officiels annonçant son exécution pour “faits de communisme” lui ont aussi été remises. Bouleversé, Pierre Ouzoulias, lève le poing en hommage à son arrière-grand-père.

ers d’être communistes : tel était le mot d’ordre, dimanche 11 février dans la salle des fêtes de Saint-André-les-Vergers. Fiers comme pouvait l’être Pierre Ouzoulias de son arrière-grand-père, Maurice Romagon qui écrivait à sa femme Edwige : «  Souvenez-vous tous, parents et amis, pour quelle cause je meurs : soyez les artisans d’une vie meilleure.  » En préambule aux agapes, les interventions de Jean-Pierre Cornevin, Pierre Ouzoulias et de notre directeur, Jean Lefèvre, étaient toutes tricotées avec le même fil rouge : la fierté d’être communiste. Avant-hier, la Résistance à la barbarie nazie et au régime de Pétain. Hier, les “conquis” sociaux et la reconstruction du pays (l’un ne va pas sans l’autre). « Nous avons tous en poche une carte du Parti communiste », notait le secrétaire départemental, « c’est la carte Vitale de la Sécu » ; une création des communistes et d’un de leurs ministres, Ambroise Croizat. Et aujourd’hui, les luttes contre les dogmes du capitalisme mondialisé, à laquelle les pouvoirs font allégeance l’un après l’autre, reniant pour certains leurs promesses. La « substantifique moelle » de ces interventions est évidente. Il y a besoin du Parti communiste. Il y a besoin d’un communisme du XXIème siècle, comme nous en ouvrons le chantier pour notre prochain congrès. Il y a besoin de luttes et de rassemblements pour porter et faire enfin aboutir un autre projet de société. De tout cela, on en a discuté aux tables en dégustant une choucroute dont les mérites ne sont plus à vanter. Un grand merci, au passage, à toutes celles et ceux qui ont préparé et contribué au succès de cet évènement devenu, année après année, un des grands points de ralliement des communistes aubois et de celles et ceux qui sont attachés à recevoir chaque semaine La Dépêche dans leur boîte à lettres.

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|