“Un gouvernement injuste familiarise les esprits des sujets avec l’injustice et fait que peu à peu ils s’accoutument à la voir sans horreur.” Paul-Henri Thiry, baron d’Holbach

L'Humeur
  • FORFAIT OU MÉFAIT ?
  • 24 décembre 2017,
    par Malicette
  • Depuis quelque temps les cliniques appliquent sur les factures de leurs “clients” un forfait de 9 euros. Un forfait variable et qui va en augmentant (10 euros maintenant dans une clinique de Saint-André). Il est destiné, nous a-t-on expliqué, à (...)

  • Lire la suite
Ecoutez-voir
  • Les inc’oyables
  • 23 décembre 2017
  • Les « Inc’oyables » étaient des hurluberlus réactionnaires, issus de la jeunesse dorée, qui bourgeonnèrent après l’élimination de Robespierre en 1794. (...)

  • Lire la suite
Accueil > l’hebdo > 2017 > Décembre > N1474 > FORFAIT OU MÉFAIT ?

FORFAIT OU MÉFAIT ?

dimanche 24 décembre 2017 , 66 : visites , par Malicette

Depuis quelque temps les cliniques appliquent sur les factures de leurs “clients” un forfait de 9 euros. Un forfait variable et qui va en augmentant (10 euros maintenant dans une clinique de Saint-André). Il est destiné, nous a-t-on expliqué, à couvrir les frais administratifs, d’où cette dénomination de « forfait administratif  ». Renseignements pris, ce forfait n’a pas à être facturé au client puisqu’il « renvoie aux missions habituelles de l’établissement qui sont par ailleurs financées par les tarifs de prestation. » Autrement dit, on fait payer deux fois la prestation par ce biais. Autrement dit, c’est du vol. Pour rendre cette facture plus présentable, voilà qu’est apparue l’expression « forfait administratif “hospitalier” ». La tromperie consiste à faire croire que la somme ainsi extorquée est une prestation légale de soin, comme l’est le forfait hospitalier à 18 euros. Ce forfait trompeur est un acte délictueux qu’il faut refuser. L’autre tromperie vient aussi du fait que cet additif sur facture est modeste par rapport aux autres sommes exigées, et inadmissibles comme le sont les dépassements d’honoraires. Les patients en situation de faiblesse préfèrent ne rien dire, par respect aussi pour la clinique, le médecin et la médecine. Quand on parle de santé, on ne devrait pas parler d’actionnariat. Pourtant, c’est ce que font les cliniques qui cherchent à rentabiliser leurs investissements et rémunérer leurs actionnaires. On nous a annoncé un peu vite la fin des idéologies. Le capitalisme en est une qui fait sourdre ces petits brigandages témoins d’une violence sociale dissimulée.

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|