ceux qui prétendent que l’injustice est inévitable oublient qu’elle ne l’est que parce que trop de gens leur ressemblent.”Edmond ROSTAND

Accueil > Archives > National > Election > Guy Môquet un combat communiste

Guy Môquet un combat communiste

jeudi 24 mai 2007 , 2042 : visites

Il a été arrêté le 13 octobre 1940 à la gare de l’Est. Bien avant l’invasion de l’URSS par les nazis.

Guy Môquet avait été dénoncé parce que, avec ses camarades de la Jeunesse communiste, il distribuait des tracts dans les cinémas ou manifestait contre l’occupation et la collaboration. Son père, cheminot et député communiste, était alors déporté au bagne de Maison-Carrée en Algérie et des policiers français gardaient cet élu du Front populaire dressé contre les cent familles capitalistes qui contrôlaient la France, engagé contre le fascisme qui, depuis des années, menaçait l’Europe. Le môme de Paris, chahuteur et frondeur, qui allait être fusillé avec d’autres otages communistes, avait une vision de l’avenir et une espérance de révolution qui l’avaient conduit à écrire sur les murs de la baraque de Chateaubriant : "Vous tous qui restez, soyez dignes de nous, les 27 qui allons mourir".

Que la France honore ce jeune homme, c’est justice. Il appartient à notre peuple. Et il faut se réjouir que tous les lycéens découvrent avec émotion jusqu’à quel sacrifice a conduit le choix de la Résistance et l’attachement à des valeurs d’émancipation humaine. Cette première décision est bien choisie.

Le calcul de Sarkozy n’est cependant pas d’amplifier l’écho du message de Guy Môquet. Il a entrepris dès l’orée de sa campagne électorale d’anesthésier les symboles de la gauche en les "panthéonisant". Mais comment l’image de ce jeune communiste pourrait-elle se marier avec la conception de droite de la nation, excluant les étrangers ? Cette figure lumineuse est à l’opposé de la face obscure de la planète UMP, celle où les vieilles idées de l’extrême droite sont accommodées avec ses restes. Le nouveau président de la République croit-il également pouvoir domestiquer la mémoire d’un Jaurès qui tonnait que "le communisme doit être l’idée directrice de tout le mouvement" ? ou qui ironisait à l’intention des amis du nouvel occupant de l’Élysée : "Parce que le millionnaire n’a pas récolté sans peine, il s’imagine avoir semé".

On n’achète pas l’histoire comme certains hommes avec un portefeuille...

P.-S.

La Dépêche de l’Aube N922

Répondre à cet article

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|