“Je veux que la République ait deux noms : qu’elle s’appelle Liberté, et qu’elle s’appelle chose publique.” Victor Hugo

L'Humeur
  • LE DENIER DU PATRIMOINE
  • 2 décembre 2017,
    par Guy Cure
  • Le principe de Peter se vérifie une fois de plus : voilà un garçon charmant, jovial et bon conteur, qui produit et présente des émissions intéressantes, où les anecdotes historiques rejoignent la grande histoire et l’éclairent. Mais on a les amis qu’on (...)

  • Lire la suite
Ecoutez-voir
  • Le drone des banquiers
  • 2 décembre 2017,
    par LE CAPITAINE TRICASSE
  • Il fut parfois de tradition que nos présidents de la République décident d’un Grand Chantier ; leur marque pour la postérité. De ce point de vue, (...)

  • Lire la suite
Accueil > L’hebdo > 2017 > Décembre > N1471 > Evaluer “en toute objectivité” les effets

Compteur Linky

Evaluer “en toute objectivité” les effets

samedi 2 décembre 2017 , 103 : visites , par LDA

De nombreux usagers ont des inquiétudes suscitées par l’installation du nouveau compteur Linky. André Chassaigne a interrogé la ministre des solidarités et de la santé sur le déploiement de ces compteurs communicants.
Faisant suite aux compteurs électromécaniques à la relève visuelle et aux compteurs électroniques pouvant être consultés via un appareil électronique, ce nouveau compteur, dit « intelligent », a la capacité de transmettre des données en temps réel sur la consommation du foyer et peut être commandé à distance. « Ce compteur est tellement précis qu’il peut déterminer et enregistrer votre style de vie. Les entreprises privées qui achèteront ces informations pourront tout savoir des comportements des citoyens. Cette intrusion dans la vie privée est simplement insupportable », indiquait encore récemment un avocat lors d’une des nombreuses réunions, qui s’organisent partout en France, d’usagers, souvent soutenus par des élus, qui s’opposent à l’installation de ces nouveaux compteurs. Résultant de directives européennes, son installation soulève de nombreuses questions et des “incidents” sont signalés. Dernier en date, l’embrasement, le week-end dernier, de deux compteurs installés en décembre 2016 dans une résidence de Toulouse. Enedis, qui minimise, ne mentionne pas les huit incendies de la phase d’expérimentation de ces appareils en 2010 et 2011, et la question est aussi posée de leur adaptabilité sur des réseaux ou installations parfois vétustes. Tout comme celle de la nécessité pour les usagers de demander une augmentation de la puissance souscrite, donc de payer plus cher, afin d’en assurer le bon fonctionnement. La fabrication et l’installation de ce matériel coûtera 7 milliards à Enedis, qui seront compensés par des économies de personnel du fait de la « surveillance à distance ».

“Une étude approfondie s’impose...”
Intrusion et utilisation de données de la sphère privée à des fins commerciales, potentiels surcoûts pour les usagers, incidences en matière d’emploi chez Enedis, piratage possible des données, Linky soulève bien des craintes qui ont d’ailleurs conduit plusieurs centaines de communes à prendre des délibérations de refus de son installation. Autre problème, ses effets en matière de santé, sachant que ce dispositif nécessiterait l’installation de plusieurs centaines de milliers d’antennesrelais, à hauteur d’homme, sur les postes de transformation EDF. Le député communiste, André Chassaigne, face aux informations contradictoires des “anti” et des “pour”, estime qu’il faut en avoir, sur ce point, le coeur net. « Sur les risques sanitaires et techniques, plusieurs études annoncent une propagation d’ondes néfastes à la santé, certaines craignent un courant porteur potentiellement perturbateur d’autres appareils électriques, d’autres prédisent une recrudescence d’incendie suite à un échauffement des câbles et à la vétusté des lignes de distribution », a t-il indiqué dans une question écrite à la ministre des solidarités et de la santé, Agnès Buzyn. L’élu communiste a donc demandé, la semaine dernière à la ministre, qu’« au regard du scepticisme relayé par un grand nombre d’associations et des certificats médicaux refusant l’implantation de ces compteurs pour les patients affectés de certaines pathologies, une étude approfondie [soit réalisée] pour évaluer en toute objectivité les effets éventuels de ces compteurs sur la santé ».

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|