“Je veux que la République ait deux noms : qu’elle s’appelle Liberté, et qu’elle s’appelle chose publique.” Victor Hugo

L'Humeur
  • Jack Ralite
  • 27 novembre 2017,
    par Jean Lefevre
  • Je me souviens de lui pour deux faits indissociables : son passage au ministère de la santé en 1981 et les États généraux de la culture en 1987. Le “corps et l’esprit”, autrement dit. Il ne se plaignait pas, d’avoir été nommé ministre de la santé plutôt (...)

  • Lire la suite
Accueil > L’hebdo > 2017 > Novembre > N1470 > ISF EVASION FISCALE....CICE...FAIRE GAGNER LES RICHES OU LA FRANCE (...)

Les cahiers du mois

ISF EVASION FISCALE....CICE...FAIRE GAGNER LES RICHES OU LA FRANCE ?

lundi 27 novembre 2017 , 139 : visites

« Stop à la casse sociale de Macron ; un nouveau progrès social pour la France » : tel est le slogan et le fil rouge des actions des communistes d’ici au 3 février prochain, où se réuniront, à Paris, des états généraux du progrès social.

Les communistes ne baisseront pas les bras face aux coups portés par Emmanuel Macron et son gouvernement. S’ils sont, et seront, de toutes les initiatives pour faire reculer la politique antisociale agressive qui est mise en oeuvre, c’est, en même temps, une contre-offensive pour « faire reculer l’entreprise de Macron,
de la finance, et agir pour des solutions de progrès social », qui est lancée. Avec « les cahiers du progrès social » ; cinq qui abordent chacun une thématique, cinq déclinaisons qui se veulent propositions de réponses aux attaques du gouvernement.
Première étape nationale, le 3 février prochain, avec les États généraux du progrès social qui seront un lieu de témoignages des luttes, d’expression des revendications, de propositions et de construction de solutions de progrès social.
Lieu où une autre étape de la campagne pourrait être lancée, comme une mobilisation populaire pour porter les mesures indispensables à une révolution sociale.
D’ici là, soyons nombreux à nous approprier les cahiers du progrès social.

La politique d’Emmanuel Macron vise à casser les piliers de notre modèle social au profit du capital financier :

-la nouvelle loi travail va faciliter les licenciements et développer la précarit
-la suppression massive des cotisations sociales est une attaque inédite contre la Sécurité sociale ;
-la réforme de l’assurance chômage vise à baisser l’indemnisation et déresponsabilise les entreprises ;
- la formation professionnelle et les retraites sont également dans le colimateur du gouvernement -
les services publics sont mis à mal par la baisse des budgets publics et des dotations aux collectivités.
D’autres mesures sont gravissimes, comme la suppression brutale des contrats aidés, alors même que ces postes devraient être pérennisés dans des CDI ou titularisés, ou encore l’introduction de la sélection à l’université.
Dans le budget 2018, le gouvernement vient de faire un cadeau de plus de 20 milliards d’euros aux plus riches et aux actionnaires, dont 3 milliards par la suppression de l’ISF. Un budget d’autant plus injuste qu’il baisse l’APL !

Pour les communistes, il est temps d’engager
un nouveau progrès social pour la France.

Il s’agit à la fois de prolonger les conquêtes sociales du siècle
dernier, qui font toujours la force de notre modèle social, et de
construire les nouvelles avancées sociales qui permettront de
répondre aux enjeux du XXIème siècle. Nous voulons débattre
avec vous des politiques alternatives à mener dans cinq domaines
clés : le travail et l’emploi, l’industrie, les services publics,
le logement et l’utilisation de l’argent.


Pour cela, nous avons élaboré les cahiers du progrès social.
Ces cahiers thématiques présentent nos propositions et permettent à chacun-e d’apporter sa contribution. Cinq cahiers sont à votre disposition. Pour les communistes, il est temps d’engager un nouveau progrès social pour la France. Il s’agit à la fois de prolonger les conquêtes sociales du siècle dernier, qui font toujours la force de notre modèle social, et de construire les nouvelles avancées sociales qui permettront de répondre aux enjeux du XXIème siècle. Nous voulons débattre avec vous des politiques alternatives à mener dans cinq domaines clés : le travail et l’emploi, l’industrie, les services publics, le logement et l’utilisation de l’argent.
 

 

 

 

 

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|