“Je veux que la République ait deux noms : qu’elle s’appelle Liberté, et qu’elle s’appelle chose publique.” Victor Hugo

L'Humeur
  • L’AVENIR DE L’HOMME
  • 21 novembre 2017,
    par Guy Cure
  • Ce fut encore un beau concert de l’Orchestre symphonique dimanche dernier : des compositeur-trice-s de génie servi-e-s par des artistes talentueux-tueuses. Quelle phrase laborieuse, pour sacrifier à l’actualité qui vient de surgir, chassant des (...)

  • Lire la suite
Accueil > L’hebdo > 2017 > Novembre > N1469 > Encore merci, Jack Ralite

Romilly-sur-Seine

Encore merci, Jack Ralite

mardi 21 novembre 2017 , 165 : visites , par Joë Triché

Jusque dans les années 1984, Romilly-sur-Seine, seconde ville du département, ne disposait pas d’un hôpital de proximité digne de ce nom.
À l’époque, l’établissement hospitalier, inauguré en 1905 par Jean Jaurès, était qualifié de « mouroir », tellement les équipes de droite qui s’étaient succédées au pouvoir l’avaient laissé se dégrader. Une situation indigne que les communistes et leurs élus n’ont jamais acceptée. Durant des années, ils ont multiplié les actions avec la population romillonne pour que le droit à la santé soit une réalité dans notre ville. Pétitions, manifestations, pose symbolique de la première pierre, délégations permirent de donner une réalité à la très forte exigence des habitants. Pourtant, notre département avait compté plusieurs ministres dans les gouvernements de droite de l’époque ; Robert Galley, Paul Granet. Aucun n’a daigné entreprendre la moindre démarche pour que Romilly dispose d’un hôpital moderne.
En permanence, cette droite auboise et locale n’a eu de cesse de mettre des bâtons dans les roues de la municipalité communiste, comme si elle voulait punir la population qui votait pour elle depuis 1950.
La nomination de Jack Ralite, ministre communiste de la santé dans le gouvernement Mauroy, mis en place après l’élection à la présidence de la République de François Mitterrand en 1981, a été vécue par Maurice Camuset, maire communiste, comme un espoir pour un projet qui lui tenait beaucoup à coeur. Un espoir qui ne fut par déçu puisque Jack Ralite donna son feu vert pour la construction du nouvel hôpital. En personne, le ministre de la santé participa à la pose de la première pierre au milieu d’une population mobilisée et enthousiaste, car une page se tournait.
Romilly était enfin dotée d’un équipemet hospitalier digne de ce nom. Un nouveau départ qui permit l’installation de nouveaux services de santé : soins intensifs, cardiologie, scanner, nouvelle maternité. Sans cette décision de Jack Ralite, l’hôpital aurait sans doute connu, au prétexte qu’il n’aurait plus été en mesure de garantir la sécurité aux patients, le même sort que beaucoup d’hôpitaux de proximité : la fermeture. Encore merci à Jack Ralite.

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|