“Ne pas traiter le pauvre dans l’homme, mais l’homme dans le pauvre.” Jack Ralite

Dossier
  • Un autre budget pour la France est possible
    13 novembre

    Chiffres à l’appui, les parlementaires du PCF ont présenté un contre-budget pour 2018 dans le but de prouver que la purge antisociale imposée par le gouvernement n’a rien d’obligatoire ou de pragmatique, et que d’autres choix sont possibles. Macron et son gouvernement ont choisi de faire plus de 20 milliards d’euros de cadeaux aux plus riches. Un (...)

    Lire la suite
L'Humeur
  • CHAUFFE MARCEL
  • 13 novembre 2017,
    par Jean Lefevre
  • Marcel Azzola était l’invité d’un salon littéraire devenu incontournable, celui de Saint-Parres aux livres. Après son propre ouvrage « Chauffe Marcel », dont le titre rappelle le Vesoul de Brel, l’Harmattan vient d’éditer sa biographie par Claude Lemire (...)

  • Lire la suite
Ecoutez-voir
  • Le textile des patrons
  • 13 novembre 2017,
    par Malicette
  • Une expo sur l’histoire industrielle en Champagne-Ardenne. C’est une expo modeste sur une dizaine de panneaux fort pertinents en ce qui concerne (...)

  • Lire la suite
Accueil > L’hebdo > 2017 > Novembre > N1468 > Dans le marigot des puissants

"Paradises papers"

Dans le marigot des puissants

lundi 13 novembre 2017 , 108 : visites

Ne cherchez pas votre voisin dans la liste de noms dévoilés tout au long de cette semaine dans le cadre des révélations des “Paradise papers”. À moins que vous n’habitiez dans un paradis fiscal.
Dix-huit mois après les “Panama papers”, voilà les Papiers des paradis... fiscaux, où se côtoient tête couronnée (God bless the money), membres des premiers cercles et détenteurs du pouvoir, multinationales... bref, tout le Gotha des 1% qui exploitent et volent les 99%. Car c’est bien de vol dont il s’agit en l’occurrence, et de vol en bandes organisées et multirécidivistes. Les “frères Bocquet”, Alain, ancien député communiste, et Éric, sénateur, tirent depuis de longs mois les sonnettes, et l’on voit encore combien ils ont raison de le faire. Mais la question n’est pas de savoir si “l’optimisation fiscale”, un sport de combat - et de classe - des possédants, où il s’agit de rentabiliser des lois, créées à leur usage et par leurs semblables, pour échapper à l’impôt, est « morale » ou non. La question dans ces affaires glauques, où des centaines de milliards sont dissimulés et détournés, est d’y mettre un terme. Ces dernières révélations mettent en lumière un nouveau pan d’un gigantesque iceberg. Et nous ne sommes sans doute pas au bout d’avoir tiré toutes les lignes pour faire remonter en surface les requins.
Au-delà des personnages qui grenouillent dans le marigot, et dont on ne saurait être trop surpris de les y trouver, c’est une question politique qui est posée. Ce ne sont ni monsieur Juncker, qui préside la Commission européenne après avoir été premier ministre de l’officine de blanchiment d’argent qu’est le Luxembourg, ni Emmanuel Macron, produit dérivé de la finance, comme ses congénères au pouvoir, qui nettoieront les écuries d’Augias. À cette question politique, la réponse ne peut venir que des citoyens rassemblés et déterminés.

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|