“Si tu trembles d’indignation à chaque injustice, alors tu es un de mes camarades.” Che Guevara

L'Humeur
  • Pas de miracle
  • 18 mai 2017,
    par Jean Lefevre
  • Macron est devenu une puissance, une planète, un aimant. Tous les cerveaux s’y rendent. Pieds et poings liés. Les cerveaux droits, les cerveaux gauches. C’est la fuite des cerveaux. Tous attirés par la lumière, ça ressemble un peu aux premiers temps du (...)

  • Lire la suite
Ecoutez-voir
  • Déformation et menace
  • 18 mai 2017
  • Jean-Luc Mélenchon a de bonnes lectures. Il lit CommunisteS. Invité de Bourdin sur BFM, le 10 mai dernier, il a montré notre journal (un numéro de (...)

  • Lire la suite
Accueil > L’hebdo > 2017 > Mai > N1443 > Le bonheur d’un débat nécessaire

“Sans domicile fisc”

Le bonheur d’un débat nécessaire

jeudi 18 mai 2017 , 259 : visites

“L’argent, c’est le fumier du diable”, dit le pape François. “Nous sommes entrés dans l’ordre cannibale du monde”, ajoute Jean Ziegler. Voilà pour l’introduction du livre des frères Bocquet interviewés par Pierre Gaumeton.

PAR JEAN LEFÈVRE


Voilà lancé ce débat nécessaire dans la salle des fêtes de Saint-Andréles- Vergers par les frères Éric et Alain Bocquet, tous deux ayant participé, en tant que rapporteurs, à la chasse aux filous et aux coups tordus dans cette fameuse commission d’enquête parlementaire destinée à décrypter et à démonter les paradis fiscaux. Éric Bocquet est sénateur-maire communiste de Marquillies, un joli petit bourg, au sud de Lille où on fait beaucoup de cinéma. Alain Bocquet, son frère, est député et président de la communauté d’agglomérations de la Porte du Hainaut, maire de Saint-Amand-les-Eaux, dans le Nord, où les eaux sont parfois saumâtres, comme chez nous. Alain a écrit un livre remarqué : Un Marx et ça repart. Marx, c’est comme Jésus, on espère leur résurrection parce qu’il y a beaucoup de Judas ces temps-ci et de pains multipliés qui ne profitent qu’à quelques-uns.
Mais ce mercredi 10 mai, les frères Bocquet venaient pour nous dévoiler les dessous de la fraude mondiale qui fait perdre entre 60 et 80 milliards à La France et 1 000 milliards à l’Europe, fraude qui pousse à l’austérité qui mine l’état et prive l’école, la culture, l’hôpital, la justice, des équipements publics nécessaires. Les deux frères dressent un réquisitoire précis et implacable des affres de la mondialisation financière. Ils décryptent les mécanismes qui permettent aux plus riches et aux multinationales d’échapper à l’impôt.
Des responsables de cet « ordre cannibale », nos frères amis ne manquent pas de les dénoncer : la BNP a treize filiales dans les paradis fiscaux, le Crédit agricole aussi. Pourtant, Nicolas Sarkozy avait annoncé, péremptoire, la fin des paradis fiscaux. Or les scandales se sont multipliés : LuxLeaks, SwissLeaks, FootballLeaks, Panama Papers (l’affaire Cahuzac n’étant qu’une goutte d’eau dans cet océan).
Les soutiens des politiques d’austérité ont aussi leur responsabilité : des économistes qui chantent la fable de la dette ; or, « la dette est une construction pour que les peuples acceptent l’austérité », ou des journalistes comme ce François Langlet de France 2 qui se permet de dire que chaque bébé qui naît porte sur lui une dette de 30 000 euros, alors qu’il devrait avoir en crédit l’argent de l’évasion fiscale. L’autre fable est celle de la crise. Elle a bon dos. Elle n’est pas pour tout le monde. Jamais pour ces « sans domicile fisc » que leur addiction à l’évitement de l’impôt classe en véritables parasites de nos sociétés, en délinquants, répètent les deux frères. Grâce à leur travail de fourmi, ils ont pu toucher de près cette réalité complexe et néfaste. Pour leur ouvrage, ils se sont appuyés sur de nombreux entretiens (Nicolas Hulot, Eva Joly, Alain Bauer, ONG, lanceurs d’alerte, journalistes, etc).
Pour sortir de cette situation nos amis proposent 150 pistes d’actions de lutte contre ces fraudes. D’abord, ils réclament que saute le verrou de Bercy qui laisse à l’appréciation du ministère des finances la possibilité ou non de poursuivre les délinquants fiscaux Il faut noter qu’actuellement, aucun fraudeur n’est en prison. Pendant ce temps, le clampin moyen paye 10% d’amende s’il tarde à payer ses impôts. L’argent est le nerf de la guerre, dit-on. Les frères Bocquet ont une autre devise : « L’argent doit devenir le nerf de la paix ».


L’UPOPAube se félicite de cette conférence et de ce rassemblement qui démontrent, s’il en était besoin, la place importante qu’elle occupe dans le domaine de l’animation culturelle et du débat citoyen.

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|