Le respect pour la dignité humaine ne se mérite pas, il est une donnée préalable."

Tzvetan Todorov Linguiste

Accueil > Archives > National > Election > Meeting de Bercy 15 000 PERSONNES ACCLAMENT M-G. BUFFET

Meeting de Bercy 15 000 PERSONNES ACCLAMENT M-G. BUFFET

vendredi 6 avril 2007 , 2697 : visites , par JPC

Bercy archicomble ! Quinze mille participants et une ambiance à bloc.

Marie-George Buffet a plus que réussi son rendez-vous de campagne dans la capitale à trois semaines du premier tour. Pas mal pour une candidate qui serait soi-disant scotchée dans les profondeurs des sondages . Mais les sondages, justement, et tous les pronostics martelés pour la décourager, la foule présente à Bercy avait choisi de leur faire un sacré pied de nez. Et si une conviction faisait l’unanimité dans les travées du palais omnisports de Bercy, c’était bien celle-là : non, ce ne sont pas les sondeurs qui font le résultat du 22 avril. Au-delà même de l’affluence, remarquable en soi, tous les instants de ce rassemblement ont vibré d’une dynamique qui ne trompe pas. Les militants de la campagne de Marie-George Buffet sont décidés à déjouer les pronostics médiatiques et manifestement forts de leur expérience de terrain et à en croire le carton plein réussi, ils ont des atouts pour y parvenir.

Ne renonçons à rien

Dans son discours, la candidate a appelé toutes celles et tous ceux qui veulent non seulement la victoire mais la réussite de la gauche à ne pas renoncer à leurs exigences, à ne pas se laisser voler le scrutin, à ne pas écouter les sirènes du prétendu moindre mal qui prépare toujours de nouvelles catastrophes.

Et effectivement le déroulement de Bercy n’a renoncé à rien. Des luttes nationales représentées par de très nombreuses délégations d’entreprises aux luttes européennes présentes par la voix de forces démocratiques venues de tout le continent, des exigences féministes exprimées par Maya Surduts au nom du collectif national des droits des femmes au combat des sans-papiers, dont le film “Laissez nous grandir ici” a été projeté sous les applaudissements, des réponses cinglantes aux insultes de Sarkozy portées par de jeunes slameurs à l’émouvante présence d’Odette Nilès, présidente de l’Amicale de Chateaubriant, lisant la lettre de Guy Moquet aux côtés de jeunes communistes d’aujourd’hui, Bercy a donné à voir une France qui se bat et refuse le moins-disant social pour avenir.

Marie-George se préoccupe plus de nous que d’elle-même Bercy a été un bol d’air dans une campagne à bien des égards étouffante, une caisse de résonance des attentes populaires. "Votez Marie-George Buffet parce que c’est la seule candidate qui se préoccupe plus de nous que d’elle même", a résumé d’une formule choc l’une des intervenantes. Et en écho, le message de la militante altermondialiste Aminata Traoré a soulevé la salle : " La France est belle et généreuse quand elle est juste et solidaire ". Une ambition de justice et de solidarité dont le discours de Marie-George Buffet fit son fil conducteur, revenant sur les Bastille à prendre, celle de l’argent, des pouvoirs citoyens et de l’Europe ;

"Il nous reste trois semaines pour libérer la parole et le vote des Françaises et des Français, les convaincre que ce n’est pas en refrénant leurs ambitions mais en les exprimant haut et fort que tout pourra changer", a lancé la candidate aux participants, décidée à convaincre jusqu’au bout "qu’on n’évitera pas de nouveaux 21 avril en laissant mourir d’alternance en alternance toute idée de changement ".

Le succès de Bercy est un indicateur. Il pourrait bien y avoir dans les deux semaines qui restent deux campagnes qui s’ignorent. Celle qui occupe le devant de la scène médiatique et continue de tourner en boucle autour de prédictions sondagières intangibles. Et celle du terrain, du débat populaire qui, croyant de moins en moins aux oracles médiatiques, s’empare chaque jour un peu plus des enjeux du scrutin pour finalement relever dans les urnes un pari qu’on voudrait lui interdire.

C’est en tout cas une bataille. Et deux semaines ou pas, elle commence maintenant

P.-S.

La Dépêche de l’Aube N915

Répondre à cet article

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|