“Ne pas traiter le pauvre dans l’homme, mais l’homme dans le pauvre.” Jack Ralite

Le dessin

15 septembre 2016
L'Humeur
  • Interdit d’interdire
  • 15 septembre 2016,
    par Guy Cure
  • Retour sur la rentrée scolaire. L’évènement est incontournable pour la presse et tous les journaux en ont publié des photos. Celle de la couverture de l’Humanité dimanche n’est pas neutre. Un rassemblement d’enfants, à l’image de la diversité humaine et (...)

  • Lire la suite
Accueil > L’hebdo > 2016 > Septembre > N1408 > “Un socle majoritaire populaire existe...”

Politique - Élections 2017

“Un socle majoritaire populaire existe...”

jeudi 15 septembre 2016 , 346 : visites , par LDA

Dans son discours prononcé devant les principaux responsables politiques d’une gauche de transformation, le secrétaire national du PCF a appelé ses invités à transformer la majorité sociale de progrès en majorité politique.

Pierre Laurent, à la fête de l’Humanité, a inscrit son discours devant de nombreuses personnalités politiques, syndicales et associatives dans une visée à long terme. Saluant les plus de deux cent invités sur le stand national des communistes, parmi lesquels les socialistes Benoît Hamon et Arnaud Montebourg, Cécile Duflot (EELV), Alexis Corbière et éric Coquerel (PG), et des personnalités comme Bernard Thibault, Aminata Traoré ou Yanis Varoufakis, le responsable communiste a estimé que « les jours de la Vème République sont comptés, ce temps est inexorable. » Dénonçant la peur « devenue un grand marché politique » qui conduit à « fermer les frontières, resteindre les libertés », il a clairement manifesté son dégoût « des discours démagogiques », remettant sur le devant de la scène l’ambition d’un « nouveau pacte républicain [...] sans 49-3, démocratique, élargissant le droit de vote aux résidents étrangers, limitant le cumul des mandats, défendant une laïcité qui n’exclut plus. » Une république sociale qu’il appelle de ses voeux, avec comme objectifs « la réduction des inégalités, le développement des services publics et l’avancée des droits. » Et cela, « dès notre arrivée au pouvoir. » C’est avec un objectif de conquête qu’il s’est exprimé devant certaines personnalités engagées dans un processus de candidature à l’élection présidentielle.

Le scénario du pire peut être déjoué
« Serons-nous la gauche la plus bête du monde ? », a ironisé Pierre Laurent qui met une nouvelle fois en garde contre le morcellement à gauche face à un « FN en embuscade et une Marine Le Pen qui n’a plus besoin de parler, avec un gouvernement qui se charge de lui tailler une campagne sur mesure » en agitant la question identitaire, une droite bientôt en ordre de bataille et « un Macron lâché dans le poulailler socialiste par le président lui-même. » Le leader communiste s’est dit convaincu qu’il existe « une majorité sociale de progrès à transformer en majorité politique » en 2017. « Face au péril, il n’est jamais trop tard », a-t-il déclaré, répondant implicitement aux accusations de ne considérer que les élections législatives en affirmant qu’il « [n’]entend pas enjamber 2017 ». Fort applaudi à ce moment dans le public, il a été accueilli avec une “réserve polie” par les représentants écologistes et ceux de Jean-Luc Mélenchon, et par les candidats déclarés que sont Arnaud Montebourg et Benoît Hamon. Pour autant, Pierre Laurent ne renonce pas à convaincre. à l’appui, de sa démonstration que le scénario du pire peut être déjoué avant l’élection présidentielle, il a dit vouloir apporter avec la consultation citoyenne « Que demande le peuple ? », prolongée d’un mois, la preuve qu’un « socle majoritaire populaire existe pour mener une véritable politique de gauche », et dont les réponses au questionnaire seront rendues publiques le 8 octobre. « En novembre, les communistes feront leur choix, en responsabilité, en allant au bout des efforts de rassemblement entrepris. [...] On m’interroge dans les allées de la fête sur une candidature communiste, a-t-il poursuivi avant de conclure, je sais les questionnements, les doutes sur le chemin que je propose [...]. La force qui est la nôtre, je la veux utile à résoudre les questions posées, les communistes en sont capables. » Les semaines à venir ne seront donc pas de trop pour réussir le défi de rassembler la gauche de transformation.

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|